Il était tant Aimé…


A ce jour, le seul hommage que j’avais rendu sur ce blog était dédié à Ivan Rebroff, la mort d’Aimé Césaire donne une occasion de se rattraper. En guise d’hommage à cet homme qui disait avoir « plié la langue français à son vouloir dire » et dont son ami André Breton affirmait qu’il « manie la langue française comme il n’est pas aujourd’hui un blanc pour la manier » je vous laisse avec ces quelques vers:

Ecoutez le monde blanc
Horriblement las de son effort immense
Ses articulations rebelles craquer sous les étoiles dures
Ses raideurs d’acier bleu transperçant la chair mystique
Ecoute ses victoires proditoires trompeter ses défaites
Ecoute aux alibis grandioses son piètre trébuchement
Pitié pour nos vainqueurs omniscients et naïfs !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :