La mort du député Demange, illustration d’un fait divers à l’échelle planétaire.

L’information de la mort de Jean-Marie Demange et de Karine A. a été annoncée mardi à 13h11 dans une dépêche AFP. Cette dépêche indiquait « Le député UMP de la Moselle Jean-Marie Demange s’est suicidé avec une arme à feu après avoir tué une femme, lundi à Thionville ». Quelques minutes plus tard Lepoint.fr reprenait l’information. Étrangement le titre va être un peu différent: «  Jean-Marie Demange, député UMP, tue sa femme et se donne la mort ».

Il est difficile de nier toutes les différences de sens qu’engendre le passage d’un article indéfini (une) à un adjectif possessif (sa). En l’occurrence l’AFP n’avait pas choisi le une par hasard, le corps de la femme n’ayant pas encore été identifié à l’heure de la dépêche.

Toute la presse va relayer cette information dans un flou le plus complet. Il est intéressant de regarder les différentes manières de désigner cette femme tuée par le député. Certains journaux désignait cette femme comme « sa femme » mais plus généralement c’est l’expression « sa maîtresse » qui était choisie ( Midi Libre, Le Matin,…). On trouvait aussi des formules laissant planer le doute comme dans Le Parisien / Aujourd’hui en France qui utilise le terme « son amie » ou Le Figaro se rapproche un peu plus de l’erreur du Point en titrant « le député tue sa compagne et se suicide ».

Le plus surprenant est de suivre les mises à jour de l’article du Monde.fr. Le premier titre sur ce site est « Le député Jean-Marie Demange se suicide après avoir tué une femme », quelques minutes plus tard, l’article demeure inchangé mais le titre devient « Le député Jean-Marie Demange se suicide après avoir tué sa maîtresse ». Les modifications ne ce sont pas arrêtées à ce stade, Le Monde d’aujourd’hui présente un encadré sur le sujet intitulé: « Le député UMP Jean-Marie Demange tue son ex-maîtresse avant de se donner la mort ». Dur de s’y retrouver…

L’information était trop croustillante pour rester dans nos frontières, la dépêche AFP traduite dans plusieurs langues s’est retrouvée dans plusieurs journaux et sur plusieurs sites web internationaux. A 21h, mardi, le sujet est d’ailleurs repris par Reuters avec le titre « French deputy shoots woman, takes own life ». Dès lors, on retrouve cette information dans le monde entier. Des journaux néerlandais, espagnols, américains, néozélandais,… « French MP kills mistress, shoots himself dead » (Un parlementaire français tue sa maîtresse et se suicide) , « Un diputado del partido de Sarkozy mata a su compañera y se suicida » (Un député du parti de Sarkozy tue sa compagne et se suicide), « Parlementslid doodt vrouw en zichzelf » (Un parlementaire tue une femme et lui-même, Wegener Nieuwsmedia), « Francia, deputato dell’Ump uccide la compagna e si suicida » (France, un député de l’UMP tue sa compagne et se suicide, La Nazione), « Ex-mayor kills lover » (L’ancien maire tue son amour, The New Zealand Herald ).

Un bel exemple d’un fait divers à l’heure de la mondialisation. L’AFP publie une information avec des réserves, immédiatement reprise sur un site sans précautions et tout de suite publiée partout dans le monde avec plus ou moins de succès, plus ou moins proche de ce qui a pu se passer. Difficile en fin de compte de savoir ce qui s’est réellement passé, à vouloir donner l’information en premier, on oublie un peu en route qu’une enquête prend du temps…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :