Alain Souchon, quand les quotidiens font de la pub

Ces derniers mois Alain Souchon avait fait parler de lui en postant cette vidéo sur les parachutes dorés et en offrant ce single en ligne. Mais pour le lancement de son nouveau disque, il a une méthode beaucoup plus simple et efficace. Il est Alain Souchon et tous les disques qu’il produit sont considérés comme un « événement » et méritent donc d’être annoncés avec plus ou moins d’emphase dans la presse.

souchonLe coup double c’est d’avoir, en outre, prévu la diffusion du documentaire de deux heures que lui a consacré le réalisateur rennais Laurent Thessier le soir même de la sortie de l’album. Ainsi tous les journaux n’ont pas manqué de saluer la sortie du disque d’Alain Souchon, mais la plupart l’ont à nouveau évoqué quelques pages plus loin en annonçant le documentaire sur France 3. Bien joué.

J’ai parcouru la presse de ce lundi et il faut le dire c’est un carton plein. Bien sûr, il ne manque aucun des grands titres de la presse, tous consacrent un portrait plus ou moins long à l’artiste. Mais en prime, il récolte aussi la majeure partie de la presse régionale. Notons enfin qu’en plus de la publicité qui passe en boucle à la télé, de ses interviews radios et autres annonces T.V., on retrouve l’annonce de ce douzième album studio dans des journaux plus ou moins improbables comme Presse Océan, La Croix, Les Echos, et surtout mon préféré, La revue Automobile.

Dans ces articles on peut lire des phrases plus ou moins recherchées, certains auteurs creusent un peu comme Isabelle Nataf dans les colonnes du Figaro qui nous confie que « SOUCHON, c’est un peu comme notre grand frère ; quelqu’un de proche, timide juste comme il faut, au charme rassurant qui a fait de l’humour et de la fantaisie ses atouts principaux. » Ludovic Perrin dans Libération obtient la palme des références les plus alambiquées pour lui Souchon c’est « un Francis Lemarque « burgalatisé » » ou encore « c’est Woody Allen. Il faudrait l’écouter comme s’il n’y avait jamais rien eu d’autre. »

En dehors de cela, les articles sont très ressemblants. On note qu’il surfe sur l’air du temps, on rappelle les principales chansons, elle danse sur les clandestins africains, 8m² qui nous parle des femmes en prison, Popopo, seule chanson dont la musique soit signée Voulzy… On note d’ailleurs que Voulzy manque à l’album… Ceci s’explique tout simplement par le fait qu’à l’exception de L’Humanité et du Point et de quelques autres titres, les journalistes n’ont pas pu rencontrer Alain Souchon et se sont contentés de recopier les deux dépêches AFP parues respectivement le 28 novembre et le 1er décembre. Un bel exemple de publicité pas trop chère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :