Christophe Barbier provoque les chercheurs

Le débat sur le statut des enseignants-chercheurs a généré un surprenant consensus chez les concernés. Si ce débat est en effet assez complexe, il ne faut pas non plus chercher comme Christophe Barbier à le schématiser et à le réduire:

Tous les enseignants-chercheurs ne sont pas des staliniens qui cherchent à pénaliser la promotion 2009. Tous les enseignants-chercheurs (ou presque) sont conscients que nous sommes entrés dans le 21ème siècle. Mais tous les enseignants chercheurs semblent d’accord que la recherche n’est pas une entreprise comme les autres qu’il est difficile de comparer sa structure à celle d’une PME. Il sera toujours dur et injuste qu’un président d’université évalue les enseignants-chercheurs vu le niveau de spécialisation de certains.

C’est un débat compliqué que la provocation de Nicolas Sarkozy a au moins le mérite d’avoir soulevé. Un débat que Christophe Barbier ne peut pas résumer en cinq minutes. On ne peut pas avoir raison à tous les coups.

Publicités

One Response to Christophe Barbier provoque les chercheurs

  1. Fred de Roux dit :

    Bonjour,

    La réforme du statut d’enseignant-chercheur, la belle trouvaille. Certes, il faut réformer mais pas à la hussarde. Donner tous les pouvoirs à un président (ça rappelle vaguement quelque chose de très familier, non ?) est un non-sens et des meilleurs : selon la formation dudit président, il ne peut juger de la valeur dans un domaine qui n’est pas le sien (un toubib peut éventuellement évaluer un biologiste, mais certainement pas un matheux ou un physicien). Il faut laisser ce rôle à cette commission qui existait avant ce débat et qui était apte à bien déterminer la valeur du prétendant au professorat universitaire.
    Cette réforme, comme d’autres n’a raison d’être que s’il y a concertation. Idem pour le CNRS, de réputation mondiale, un labo géant, disséminé en multiples labos, tous pointus dans leur domaine.
    Pourquoi vouloir ramener la recherche à sa seule application ? Il faudrait peut-être que ceux qui président aux destinées d’une population aient le réel souci de faire avancer les choses et non à les faire régresser.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :