Formidable Jack Lang !

21 juillet 2009

Alors que Manuel Valls parlait d’un parti en danger de mort, que Bertrand Delanoë évoquait un « gâchis de talents, d’idées et de personnalités » et qu’Arnaud Montebourg faisait allusion, hier sur France Info, à un parti « tombé dans le formol », c’est aujourd’hui de Jack Lang qu’il faut parler ! Ajoutant encore aux images mortuaires, l’éternel ministre de la culture a déclaré au Parisien / Aujourd’hui en France que le P.S. était un arbre mort…

Au-delà de cette belle image répétée ce matin dans toutes les revues de presse, que faut-il retenir de cet entretien ? Pas grand-chose à vrai dire. Si ce n’est une petite contradiction puisque dès la première question, Jack Lang affirme que « Non, le PS n’est pas mort, même s’il traverse une très grave crise d’identité. Léon Blum, Jean Jaurès, Pierre Mendès France, François Mitterrand : nous appartenons à une grande histoire. Le mouvement socialiste a déjà connu des périodes d’affaissement, notamment sous Guy Mollet. La SFIO s’était alors asséchée, elle avait tourné le dos à une partie de son idéal. Avant qu’une poignée d’hommes, dont Mitterrand, ne redonne une âme à cette maison vermoulue. Et ce fut ensuite une longue marche vers le pouvoir. »

Après avoir débité quelques évidences comme le fait que le P.S. contrôle les régions mais n’est pas capable de remporter des élections nationales, Jack Lang défend sa position pro-hadopi (sans n’avoir tenu compte ni compris les arguments du P.S.) pour lui « Le PS tourne le dos à deux principes que nous avons toujours défendus : la régulation économique, notamment dans le domaine de la culture, et la protection du droit des artistes. D’une façon générale, on est frappé par le silence des socialistes depuis des années sur l’éducation, la culture, la jeunesse. »

Quand on lui demande comment le P.S. peut sortir de cette situation, il repart  avec quelques idées simples : tout d’abord il entend mettre fin aux week-ends de 4 jours de la rue de Solférino… Pas la peine à son goût de « changer le nom, l’étiquette ou le drapeau. Quel intérêt ? On rêverait surtout que l’équipe dirigeante soit là à plein temps. » En outre, il veut « que nous ouvrions enfin les portes et les fenêtres à une nouvelle génération. » (au risque qu’elle sorte comme dirait Hamon !). Il serait prêt à être encore plus fort que Ségolène Royal et à proposer l’adhésion à un euro ! Nous gratifiant d’une belle antonomase, il affirme que « ce n’est pas d’un parti de 100 000 militants que surgira demain le Obama français tant attendu, tant désiré. C’est impossible. ».

Il conclut son article optimiste et déterminé, « ce serait passionnant de reconstruire, comme l’avait fait Mitterrand après le congrès d’Epinay, un parti revisité, rajeuni, revigoré. »

Formidable ! Jack Lang, formidable ! Mais cet entretien très médiatisé ne s’avère pas très utile…

Publicités

Les élections d’Hénin-Beaumont dans la presse

7 juillet 2009

            En cette période politique un peu creuse, les élections d’Hénin-Beaumont ont – du fait de la présence au second tour du FN – attiré l’attention de tous les médias. La victoire du front républicain ravit l’intégralité de la presse de ce début de semaine, petit aperçu.

 ml^p

Du côté des titres, Libération nous gratifie en couverture d’un jeu de mot un peu limité « Mal venue chez les ch’ti » puis d’un article intitulé « Marine Le Pen, à qui perd gagne ». Pour L’Humanité, « Hénin-Beaumont sort le Front national » et le Figaro titre « À Hénin- Beaumont, Marine Le Pen rate son pari ». Le Parisien/Aujourd’hui en France voit dans cette élection « une défaite de plus » pour le FN alors que Sud Ouest réalise à mon avis le meilleur des jeux de mots, certes un peu cru pour traiter d’une élection dans une ancienne cité minière, « Nouveau coup de grisou pour le FN » !

 

A l’étranger, l’affaire ne passionne pas énormément, on trouve toutefois quelques articles sur le sujet dans la presse belge, suisse, allemande et italienne avec des titres généralement plus neutres. On peut noter par exemple, le Corriere della sera qui titre : « Sinistra e destra unite battono Le Pen » (la gauche et la droite unies battent Le Pen). 24 heures et La Tribune de Genève montrent le caractère tout relatif de cette défaite en titrant : « l’extrême-droite se remet en selle malgré sa défaite » pour le premier, et « malgré sa défaite, l’extrême droite se remet en selle » pour le second. Dans une certaine mesure, ces deux derniers titres rappellent plus volontiers les déclarations de Marine Le Pen sur RTL. En effet, elle n’a eu de cesse de jouer à qui perd gagne comme l’écrivait Libération avec des affirmations comme: « Il y a des défaites qui sont extrêmement honorables et celle-là en fait partie » ou « C’est une défaite qui a un petit goût de victoire. Il nous a manqué 265 voix, c’est rageant de rater de la victoire à si peu ». Dans cet entretien elle a aussi attaqué son concurrent d’hier en affirmant que « Daniel Duquenne est malhonnête depuis trois jours. Il joue sur la peur en disant aux Héninois que le fait qu’il soit de gauche l’aidera à obtenir des subventions. »

 

Dans le même registre, le vice-président du FN Bruno Gollnisch a souligné que « l’ascension du FN n’a été contrecarrée que par la coalition de tous les partis du système, solidairement responsables de la situation de la ville et du pays […], contraints de révéler une fois de plus leur profonde connivence, habituellement masquée par des rivalités de façade, et de faire usage de menaces ou de procédés déloyaux ». On voit ici, un discours traditionnel du FN qui comme le soulignait Bourdieu est corollaire d’une position de casseur de jeu politique. Le FN dénonce l’ensemble du système pour mieux y trouver une place. C’est aussi ce que l’on pouvait entendre chez les militants au cri de « tous unis, tous pourris ! ».

 

Pour en revenir à la presse, les éditos politiques sont tous partagés entre la joie non dissimulée de ne pas voir une cinquième ville de plus de 20 000 habitants gérées par le FN et la nécessité de prendre en compte ce signe de vie du parti frontiste.

 

Comme l’écrit Dominique Garaud dans La Charente Libre, « le cadavre du FN bouge encore », le parti a été enterré trop vite. Dans Le Parisien, on pouvait lire que « le FN n’est pas mort, et à Hénin-Beaumont il n’a pas été écrasé et il reste à un haut niveau. Le parti connaît un processus de marginalisation électorale, mais il n’est pas en voie d’être rayé du paysage politique. Cette crise est le reflet de l’incapacité du parti, qui pendant vingt-cinq ans avait réussi autour de Jean-Marie Le Pen à offrir un visage de dynamique et d’alternative politique, à préparer l’après-Le Pen. » Même constat pour Patrick Fluckiger dans L’Alsace : « Le FN a été enterré trop vite. À Hénin-Beaumont, il progresse entre les deux tours. Il réapparaît là où les grands partis sont défaillants, et Marine Le Pen est parvenue à rajeunir son image. Elle n’a plus besoin de faire appel prioritairement aux sentiments xénophobes qui avaient permis, en leur temps, aux troupes de son père de conquérir Toulon, Vitrolles, Marignane et Orange. Il lui suffit de dénoncer l’incurie et la corruption des notables en place. » Xavier Panon, dans La Montagne évoque dans une plaisante absence de neutralité : « la catastrophe d’Hénin-Beaumont, évitée de justesse ». Finalement, on ne trouve bien que Sud-Ouest, pour affirmer que le FN ne peut plus gagner d’élections, il « peut créer la surprise au premier tour, mais il ne transforme pas l’essai au second », le journaliste en trouve la cause dans l’ouverture sarkozienne : « si les électeurs de l’UMP ont suivi cette consigne de voter à gauche, c’est peut-être aussi parce que la politique d’ouverture de Nicolas Sarkozy a levé un tabou et qu’elle n’empêche plus les électeurs de droite de voter à gauche. » C’est aussi l’idée développée dans Le Figaro : « C’est peut-être l’un des mérites de l’ouverture pratiquée par Nicolas Sarkozy : les électeurs UMP – certes très peu nombreux à Hénin-Beaumont – n’ont pas eu l’impression de se trahir en donnant leur voix au candidat divers gauche Daniel Duquenne. Le changement d’attitude est symptomatique quand on se souvient des grincements de dents que provoquait il y a quelques années la notion de « front républicain ».

 

 

La grande question sous-jacente à la plupart de ces articles était de se demander si, ou non, Marine Le Pen avait l’étoffe pour reprendre la succession de son père et pour faire renaître un parti mal en point.


Sarkozy : un exercice de communication dans le Nouvel Obs’

2 juillet 2009

Le long entretien accordé par Nicolas Sarkozy au Nouvel Observateur a été traité dans les médias comme un événement, un article pourtant peu surprenant tant sur le fond que sur la forme.

Sur la forme tout d’abord, on peut noter que cet entretien a été très travaillé. Nicolas Sarkozy avait d’ores et déjà prévu les réponses et arrive presque à surprendre par un niveau de langue quasi-soutenu.

Comme à son habitude Nicolas Sarkozy nous gratifie d’un nombre incroyable de questions rhétoriques. 19 en tout dans cet entretien, ce qui signifie donc qu’il a répondu par une question à une question sur deux… Parmi les emplois de cette figure de style, on peut noter des questions habituelles chez lui comme « qui pourrait penser une chose pareille ?», « Est-ce normal ? », des questions ridicules à l’instar de ce : « ceux qui me reprochent l’ouverture, me proposent-ils de faire campagne sur la fermeture ? », des questions pour prendre à partie les journalistes « Croyez-vous qu’aujourd’hui, on puisse arrêter une affaire sensible ? » ou « Vous voudriez que j’arrête le nucléaire comme le réclament certaines organisations écologiques ?»… Si ce type de questions sont souvent très efficaces en interview télé, elles sont juste insupportables une fois à l’écrit…

Sur la forme on peut aussi relever, les quelques tentatives de modestie du président Sarkozy et notamment quelques efforts pour admettre ses erreurs… « J’ai commis des erreurs. Est-ce que tout ce qui m’est reproché l’est injustement ? Non. Il faut un temps pour entrer dans une fonction comme celle que j’occupe, pour comprendre comment cela marche, pour se hisser à la hauteur d’une charge qui est, croyez-moi, proprement inhumaine » ou encore à propos de la soirée au Fouquet’s : « J’ai eu tort. En tout état de cause, à partir du moment où quelque chose n’est pas compris et fait polémique, c’est une erreur. Et si erreur il y a, ce n’est pas la peine de recommencer » (alors pourquoi les vacances sur un yacht, l’Egypte, la luxueuse résidence américaine et mexicaine ?) Quelques questions plus loin, il reviendra encore avec une phrase dans ce ton : « mon bilan est sans doute imparfait, dans ce domaine comme dans les autres »…

Sur le fond, il n’y a pas grand-chose à retenir de cet entretien à noter tout de même un formidable effort pour s’adresser au lectorat du Nouvel Obs’ en ventant l’ouverture et la disparition des clivages politiques.

Dès le début de l’entretien, le président Sarkozy affirme que « l’ouverture, ce n’est pas seulement une manière de composer un gouvernement. Ce doit être une disposition d’esprit plus générale »… Quand il est interrogé sur la fin de l’ouverture, il répond que « Frédéric Mitterrand, la caractérise parfaitement », comme on a déjà pu le dire Frédéric Mitterrand n’a rien d’une nouvelle prise de l’ouverture, il est certes de droite chiraquienne mais c’est un peu limité…

Toutefois, tout au long de cet entretien, il n’a pas cessé d’en appeler à la fin du clivage droite-gauche avec des expressions comme « je suis de droite. Ma vie politique s’est faite à droite, mais je ne suis pas réductible à un camp. Je ne suis pas réductible à la droite. Avec l’âge je suis devenu plus tolérant, plus lucide et plus serein » (doit-on en conclure qu’être de droite c’est faire preuve d’une absence de tolérance, de lucidité et de sérénité ?). Il affirme plus tard que « plus ça va et plus je pense que le sectarisme est le pire défaut » et qu’il est envisageable qu’il ait un premier ministre de gauche « s’il se reconnaît dans l’action que [Sarkozy] mène ».

Il mobilise aussi le bilan des socialistes d’autres pays pour railler les questions des journalistes du Nouvel Observateur. Par exemple à propos du bouclier fiscal, il dira « ce que les socialistes allemands revendiquent, ce que les socialistes espagnols font, ce en quoi les socialistes anglais se reconnaissent, pourquoi les Français ne pourraient-ils pas le mettre en œuvre ? »

Pourtant, tout au long de cette interview, et sans vraiment de raisons, alors qu’il mène une sorte d’entretien qui se veut digne de la fonction présidentielle, Nicolas Sarkozy s’en prend à François Mitterrand.  Dès la quatrième question, Nicolas Sarkozy répond : « cela devrait vous rassurer d’avoir un président pointilleux sur les questions d’honnêteté. J’en ai connu d’autres qui disaient à la télévision : ‘‘Des écoutes ? Moi, jamais.’’ Je ne suis pas capable d’une telle hypocrisie ». Quelques questions plus tard : « j’ai simplement le soucis de la transparence et le refus de l’hypocrisie, j’aurais pu parler encore de François Mitterrand et de Michel Rocard »…

Au-delà de ces affirmations, Nicolas Sarkozy nous a gratifié de quelques petites phrases bien distillées du type « je n’ai jamais cru au partage du travail » ou « pouvoir transmettre 300 000 euros à ses enfants en franchise d’impôt, c’est de la justice » et nous a réexpliqué la différence entre un bon et un mauvais déficit…

A travers cet entretien Nicolas Sarkozy réalise un bel exercice de communication dans un hebdomadaire socialiste, une initiative un peu vaine pour redorer son image présidentielle…


La Parisien : Le vrai nombre de militants P.S.

28 juin 2009

L’édition de ce dimanche du Parisien titre en une : Le vrai nombre de militants P.S., un titre alléchant pour une enquête sans grande révélation…

LEPARIENL’article commence par un bref état des lieux des partis en France, enfin de trois partis. L’UMP tout d’abord qui aurait compté 400 000 adhérents en 2007 plafonnerait à 200 000 aujourd’hui, le PCF qui comptaient 700 000 adhérents en 1979 aurait aujourd’hui quelques 130 000 encartés et enfin le PS, principal intéressé, qui aurait à l’heure actuelle quelques 203 000 adhérents.

La principale révélation de ce dossier consiste à montrer qu’un adhérent au P.S., n’est pas forcément un militant ? Ah bon ? Le journaliste semble surpris qu’une section avec 250 adhérents ne se retrouve peuplée que de 40 personnes lors des réunions… c’est pourtant la réalité de la politique depuis fort longtemps et le fait de prendre une carte dans un parti ne signifie pas pour autant devenir un militant actif, participer aux réunions, tracter, débattre,…

Au delà de ça, le quotidien essaye de chiffrer le nombre de socialistes encartés qui devraient disparaître avant la fin de l’année… Selon une source interne, il y aurait « 40 993 » adhérents considérés comme des « inactifs ». Ce qui signifierait que « plus d’un adhérent sur cinq ne participe plus à la vie du parti et ne verse plus de cotisations. » Car un adhérent inactif, n’est pas un adhérent qui n’agit pas, c’est un adhérent qui n’est pas à jour de sa cotisation et que les partis laissent négligemment sur les listes pour gonfler un peu leur nombre de militants…

Pour eux, « Aux inactifs, il faut ajouter ceux qui ont déjà jeté l’éponge : 1 812 démissions ont déjà été enregistrées entre le 28 février et le 22 juin, ce qui correspond à la période du fiasco des européennes (16,48 % pour le PS). Avec 357 cartes rendues, le Pas-de-Calais monte sur la première marche du podium. Là encore, la région parisienne doit faire face à une lente érosion : 122 en moins à Paris, 70 en Seine-Saint-Denis… »

Pour étayer ces révélations chocs, le quotidien parisien s’appuie sur quelques entretiens, ainsi, Philippe Bonnefoy, membre du bureau national des adhésions, affirme qu’« il y a un coup de blues

incontestable ». Pour autant, « personne ne parle encore d’hémorragie ». La preuve, selon la direction, « 2 942 nouveaux adhérents » auraient rejoint le PS depuis le 1er mars. « Ce qui ne compense évidemment pas les départs et les inactifs. » A propos de ceux qui ont pris leurs distances, Rémi Féraud, le jeune maire du Xème arrondissement parisien en est certain : « Si nous sommes capables de leur proposer une perspective, ils reviendront. »

En un mot, un dossier bien vide du Parisien, pour combler la une d’un dimanche sans information intéressante… Un petit cours de vocabulaire sur la différence entre un militant et un adhérent aurait cela dit été un peu plus utile…


Frédéric Mitterrand, le gros coup médiatique

24 juin 2009

On ne parle que de lui dans les colonnes des journaux ce matin, un remaniement plus important que prévu et pourtant un seul nom sur toutes les lèvres, Frédéric Mitterrand. Petite revue de presse européenne sur ce joli coup médiatique.

Mitterrand copie

Comme à son habitude, Libération a soigné sa une et l’a parée d’un jeu de mot simple mais efficace, « la farce tranquille ». Et oui, on rit à ce coup politique qui n’en est pas un puisque cela fait fort longtemps que Frédéric Mitterrand n’a de socialiste que le patronyme. L’édito de Laurent Joffrin, le souligne à merveille : « C’est ce qu’on pourrait appeler une nomination calembour. Mitterrand arrive au pouvoir sous Sarkozy : la force d’un patronyme ainsi arraisonné colore un remaniement pour le reste fondu dans la grisaille. Voilà une bonne farce servie à la gauche, qui sait bien que le neveu vif-argent n’est guère fidèle à l’oncle tutélaire, mais qui devra supporter néanmoins les inconvénients de cette niche familiale et homonymique. »

En onomastique (étude du nom propre) on considère souvent que si le nom propre n’a à l’origine pas de sens, il en acquiert dans le discours. C’est ce qui est visé à travers le choix de Frédéric Mitterrand : «  le contenu sémantique du nom propre n’est pas fondamentalement différent de celui du nom commun », écrivait Sarah Leroy dans Le nom propre en français. Ainsi dans l’imaginaire collectif Mitterrand renvoie au socialisme et pour être plus précis au seul président socialiste de la Cinquième République. S’il est avéré que Frédéric Mitterrand est d’avantage une ouverture au chiraquien, il n’en demeure pas moins par le sens que l’on donne à son nom, par son héritage familial, un gros coup politco-médiatique.

La presse européenne relaie d’ailleurs abondamment l’information. Du côté de l’Espagne, El País, titre ce matin : « Sarkozy ficha a un sobrino de Mitterrand para su Gobierno » (Sarkozy invite le neveu de Mitterrand pour son gouvernement). Le journaliste écrit que « El nombramiento da fe de la tendencia algo caníbal de Sarkozy a fagocitar valores situados en el campo político contrario. La potencia simbólica del nuevo titular del cargo es evidente: François Mitterrand, presidente de la República durante dos mandatos, encarnó durante muchos años al último líder incuestionable de la izquierda francesa.»1 Les autres journaux du pays lui emboitent le pas, La Voz de Galicia insiste aussi sur le fait que la star du remaniement n’ait pas su tenir sa langue et qu’il a dès lors obligé Sarkozy à avancer l’annonce du gouvernement de quelques heures.

C’est dans les journaux italiens que j’ai trouvé les meilleurs titres, pour le Corriere de la Serra, Sarkozy fait entrer un Mitterrand dans sa cour (« Un Mitterrand entra alla corte di Sarkozy ») alors qu’Il Jornio titre « Sarkò chiama Mitterrand jr al Governo » (Sarkozy appelle Mitterrand Junior au gouvernement). Si l’expression Mitterrand Junior est à proprement parler fausse, puisqu’il s’agit du neveu et non du fils Mitterrand, cet article à le mérite de bien résumer les choses. On choisit Mitterrand uniquement pour la valeur symbolique et pour son héritage politique, ce journal comme beaucoup d’autre reprend la citation du futur ministre de la Culture : « Sarkozy a bien été ministre de Mitterrand ».

Dans les titres de la presse francophone, on peut s’amuser de la similitude de l’article de 24 heures et de La tribune de Genève : «  Un Mitterrand dans le gouvernement Sarkozy ». On retrouve de toute façon ce titre dans à peu près tous les pays, notamment en Allemagne où le Süddeutsche Zeitung titre : « Frédéric Mitterrand Neuzugang im Kabinett von Nicolas Sarkozy »2. C’est plus du côté anglosaxon que viennent les surprises. On s’intéresse beaucoup au reshuffle du gouvernement français. The Independent dresse d’ailleurs un long portrait du futur ministre de la Culture en soulignant beaucoup son homosexualité :

« A talented film-maker and writer, Mr Mitterrand is open about his homosexuality, even writing about his “paid loves” with young men. A year ago, with the support of the first lady, he won a bitter contest to become the director of the Villa Medicis, an extension of the French Academy in Rome.

The film-maker, writer and TV presenter Frederic Mitterrand, 61, nephew of the late President François Mitterrand, will become culture minister, a very high-profile job in France. This appointment, welcomed by many in the artistic world, will irritate the Catholic, conservative right. M. Mitterrand is a vociferous campaigner for homosexual rights and a columnist in the gay magazine, Tetu.»3

En France, on a déjà que trop parlé des nombreux articles de presse ; à noter tout de même que Jean-Marcel Bouguereau écrit dans l’édito de la République des Pyrénées que « l’ouverture c’est fini » soulignant que « même si la nomination de Frédéric Mitterrand fait effet d’optique, celui-ci n’a jamais caché ses opinions de droite ».

A peu près partout en Europe, on n’a retenu que la nomination de Frédéric Mitterrand, peu d’articles soulignent l’absence de parité dans ce nouveau gouvernement, comme finalement peu d’articles parlent de François Fillon qui devrait pourtant être à l’origine de ce remaniement. Un peu partout on lit l’expression « gouvernement Sarkozy » qui n’a pourtant pas de sens constitutionnellement.

1La nomination fait foi de la tendance légèrement cannibale de Sarkozy à phagocyter des valeurs situées dans le camp socialiste. La puissance symbolique du nouveau titulaire de la charge est évidente : François Mitterrand, président de la République pendant deux septennats, est le dernier chef indiscutable de la gauche française.

2Frédéric Mitterrand recruté dans le gouvernement de Nicolas Sarkozy.

3Un talentueux auteur et réalisateur qui a affirmé publiquement son homosexualité et à même écrit à propos de ses relations payées avec des jeunes garçons. Il est devenu directeur de la Villa Médis grâce à ses relations intimes avec Carla Sarkozy. L’auteur, réalisateur et présentateur Frédéric Mitterrand, neveu de François Mitterrand, va devenir ministre de la Culture, un poste clé en France [sic]. Cette nomination bien accueillie par beaucoup dans le monde artistique devrait irriter les catholiques et la droite conservatrice. Monsieur Mitterrand étant un fervent défenseur des droits des homosexuels et collaborant au magazine gay Têtu.


François Fillon, un vrai geek ?

18 juin 2009

C’était l’événement twitter de la journée de mercredi, François Fillon s’est déclaré geek, une révélation fracassante qui a été relayée par une dépêche AFP !

L’article de SVM est en fait une simple double page perdue à la soixante-dix-huitième page du numéro d’été et occupée au quart par une photo de François Fillon, ses deux macs et son Nokia E61i.

ff svm

Pas de révélations surprenantes, surtout quand on a déjà lu la dépêche AFP. On apprend que notre premier ministre a « épuisé plus de trente PC » (En change-t-il tous les ans? Pas très écolo tout ça) et qu’actuellement il utilise deux MacBook Pro et un iMac. Il affirme que le portail du gouvernement utilise le CMS open source Drupal, sans que l’on sache vraiment s’il maîtrise le sujet ou si son conseiller en communication lui avait préparé une note à ce sujet. Il avoue n’avoir jamais utilisé de logiciels libres même si à Matignon les ordinateurs sont équipés d’Open Office et qu’il est « convaincu de l’utilité de l’open source pour faciliter l’entrée de nouveaux acteurs et stimuler la concurrence ».

Quand la journaliste lui demande depuis quand il est amateur de high-tech, il répond sans détour : « depuis toujours jap01! ». Sa première émotion numérique était son Toshiba T2100 – son premier ordinateur portable – et la découverte de la NCSA et d’Internet en 1993. Il regrette de ne plus pouvoir bloguer depuis qu’il est à Matignon d’autant plus qu’il aimerait répondre à « la quantité de bêtises » qu’il lit dans les commentaires de son blog.

S’il avoue encore lire la presse papier, il affirme être un lecteur régulier de Technorati et du Journal du Geek. Son appareil numérique idéal serait « un iPhone plus rapide avec un clavier virtuel plus gros, un appareil photo et vidéo HD et un récepteur de télévision ». Il ne répond pas à la question de l’éducation de son enfant à Internet et la contourne en affirmant qu’il a « une DS, une Playstation et une Wii » et que son « épouse tente de contrôler ».

La fin de l’interview, vous pouvez la lire dans le numéro d’été de SVM mais il n’y a plus de révélations personnelles, rien de très passionnant en somme, si ce n’est que cela m’a donné envie de pousser un peu mon étude sur le mot geek en politique.


Dany superstar !

17 juin 2009

Ce mercredi, jour des enfants et de la sortie de certains hebdos, devrait marquer la fin de l’omniprésence de Daniel Cohn-Bendit dans la presse. Depuis lundi passé, on ne parle que de lui, petit aperçu.

REUTERS/Philippe Wojazer, Daniel Cohn-Bendit le 7 juin 2009

REUTERS/Philippe Wojazer, Daniel Cohn-Bendit le 7 juin 2009

Au lendemain du scrutin, il n’y en avait plus que pour Europe Ecologie (et dans une moindre mesure l’UMP). Daniel Cohn-Bendit candidat en Île-de-France bien que de nationalité allemande s’est assuré les gros titres dans les deux pays. Du côté français, on a encore en tête toutes ces unes de plus ou moins bons goûts. Pour n’en rappeler que quelques unse, on peut noter que Le Figaro titrait « Cohn-Bendit bouleverse la donne à gauche » ou encore « Le Parti socialiste humilié par Cohn-Bendit » pendant que Rosalie Lucas pour Aujourd’hui en France évoquait « le coup de maître de Cohn-Bendit ». Plus récemment on peut noter le douteux « Cohn-Bendit, le grand bazar » de Marianne ou le « scandale Cohn-Bendit a niqué Bayrou » de Charlie-Hebdo. Côté Allemand, c’est la surprise qui prédomine. Sudwest Presse évoque le gros coup des verts français (« Grüne Franzosen; Überraschungscoup des Daniel Cohn-Bendit ») tandis que le Nürnberger Nachrichten affirme que Cohn-Bendit a créé un miracle vert (« Cohn-Bendit schafft grünes Wunder »), notons enfin que ce qui compte pour le Berliner Zeitung c’est la troisième place obtenue par les Verts (« Cohn-Bendit auf Platz drei »).

REUTERS/Philippe Wojazer, Daniel Cohn-Bendit et les médias le 7 juin 2009

REUTERS/Philippe Wojazer, Daniel Cohn-Bendit et les médias le 7 juin 2009

D’autres journaux européens ont, bien sûr, relayé l’information en insistant toujours sur la surprise du triomphe des Verts français : L’indépendant met en une « Cohn-Bendit, l’homme providentiel des Verts », La Repubblica annonce la renaissance de Cohn-Bendit (la rinascita di Cohn-Bendit ) tandis qu’El País titre « Daniel Cohn-Bendit, líder de Mayo de 1968, da la sorpresa en Francia » (Cohn-Bendit, leader de Mai 68, crée la surprise en France).

Mais le plus remarquable dans ces articles est la quantité de jeux de mots que cette élection a généré. Partout, on donne des Dany le Rouge ou des Dany le Vert jouant sur ce processus antonomasique pour souligner la diversité du parcours de Daniel Cohn-Bendit. Dans tous les pays, on retrouve cette image, ainsi on parle de ‘ Røde Dany’ dans le Politiken danois, AP titrait sa dépêche « Dany the red », « Rote Daniel » pour Die Presse et Dany « il verde » pour la Repubblica. Beaucoup d’articles soulignent le passage de Dany le Rouge à Dany le Vert, c’est le cas notamment du dossier conséquent du Parisien d’hier qui titrait « 1968-2009 : Dany du rouge au vert ». Die Press souligne que depuis longtemps Dany le rouge est le fer de lance des écologistes européens (Der « rote Daniel » ist längst ein grünes Zugpferd ), El Periòdic d’Andorra un peu perdu dans ces identités multiples titre en français « Dany le rouge/vert » et souligne tout au long de l’article la différence entre les deux. Dans la série des « Dany le », on trouve par exemple « Dany le trublion » (Le Point) ou « Dany l’Européen » (Le Point, Le Monde). Mais les meilleurs jeux de mots sont à mettre à l’actif de Libération. Si je tiens à souligner le beau travail d’allitération du Progrès qui titrait « le D-Day de Dany », parmi tous les titres que j’ai pu parcourir, les meilleurs sont, bien sûr, « Le Dany boom » de Matthieu Ecoiffier pour Libération ou toujours dans le même journal « François Bayrou victime des éclats de Vert de Daniel Cohn-Bendit ». Les jeux de mots de Libértion sont même repris à l’étranger, ainsi le lendemain de l’élection on pouvait trouver un article intitulé « Cohn-Bendit, le catalyseur vert », repris quelques jours plus tard par Die Press sous le titre « Cohn-Bendit: Europas grüner Katalysator ».

Depuis quelques jours la ferveur Cohn-Bendit commence à s’estomper même si on peut encore trouver dans les journaux d’aujourd’hui des titres comme « L’envol de Daniel Cohn-Bendit, la chute de François Bayrou » (LePoint.fr suite au sondage sur les personnalités politiques) ou « Cohn-Bendit M.Consensus » dans l’Express. Petit à petit Cohn-Bendit va surement quitter à nouveau nos journaux, rappelons qu’en dix jours il a recueilli plus d’articles que pendant toute sa campagne pour les européennes…