Books : Internet rend-il encore plus bête ?

29 juin 2009

Pour son numéro spécial été le magazine Books (dont j’ai déjà parlé ici et ) se pose une question fondamentale : Internet rend-il encore plus bête ?

couv-7Comme à son habitude, le magazine présente plusieurs critiques de livres du monde entier dont les prises de positions sont radicalement opposées. Servi par de très belles photos d’ados et de leurs loisirs, ce dossier complété par un sondage, une interview et de riches encadrés ne présente pas moins de douze ouvrages sur le sujet !

Parmi ceux-ci, certains sont très célèbres comme le Grown up digital de Don Tapscott, vraisemblablement le livre le plus positif sur cette génération née avec l’Internet, la book_grown-up-digitalgénération Y. L’auteur de l’article résume avec brio ce livre notamment à travers cette citation : pour Don Tapscott, « les enfants du Net sont plus malins, plus rapides et plus ouverts à la diversité que leurs prédécesseurs », écrit-il imagerie cérébrale et enquête sociologique à l’appui. Si l’ouvrage peut parfois être basé sur « des affirmations enthousiastes sans nuances de type :  »Ces gosses ont tout compris » » il n’en est pas moins tiré d’un travail très sérieux dirigé par l’auteur. En effet, pour produire cet ouvrage, pas moins de 10 000 entretiens ont été réalisés dans le cadre d’un projet de recherche qui a coûté 4 millions de dollars. Les conclusions sont positives sur cette génération née des baby-boomers, enfant de la génération télévision. Pour l’auteur Internet est une chance pour ces jeunes car « tandis que la télévision est fondamentalement un moyen de diffusion à sens unique, ne demandant qu’une participation passive, Internet est un média collaboratif qui sollicite le concours simultané de multiples utilisateurs dans le monde entier. »

everythingCette idée est aussi approfondie dans un ouvrage de Steven Johnson au titre provocateur : « Everything bad is good for you. How Today’s popular culture is actually making us smarter. »1 Steven Johnson part d’un fait avéré, depuis 1930, le QI n’a cessé de progressé (dans les pays où il est mesuré). A ses yeux nous ne sommes pas plus malins malgré la télévision et les jeux vidéos, mais grâce à eux. « la sophistication croissante des intrigues de sitcoms, la dimension interactive de la téléréalité, l’infinie complexité des scénarios de jeux vidéo expliquent, selon lui, le développement de notre aptitude à résoudre des problèmes. » Pour justifier cet argument, il veut pour preuve qu’« un des walk-throughs – ces guides officieux qui analysent les jeux et aident à en déjouer les complexités – de Grand Theft Auto III fait 53 000 mots, soit à peu près autant que son livre. Pour lui, le jeu vidéo contemporain crée un monde imaginaire complet, riche en détails et niveaux de difficulté », tout comme l’ensemble de la culture moderne. Il en appelle dès lors à rompre avec l’hégémonie de la légitimité culturelle du livre, en posant cette question simple « le succès phénoménal des Harry Potter est-il de meilleur augure pour la culture que le succès équivalent du jeu vidéo GTA III ?»

Cette idée de l’image trop positive de la lecture par rapport aux autres bien culturels est présente dans de nombreux articles ainsi dans une critique du livre The Gutenberg Elegies, Larissa MacFarquhar se pose la question du statut de la lecture. « Le Centre du livre de la bibliothèque du Congrès investit beaucoup de temps et d’argent pour inventer des slogans tels que  »Les livres changent tout ». Mais le simple fait de lire quelque chose -n’importe quoi- constitue-t-il un si haut fait culturel qu’il faille le célébrer ?» Elle rappelle que « quand le roman est devenu populaire aux Etats-Unis, dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, il fut accusé de détruire les neurones et de faire peser une menace sur la haute culture – à peu près les termes dans lesquels la télévision est aujourd’hui dénoncée. » On pourrait aussi rappeler, comme le fait Laura Miller dans un autre article, que « Socrate lui-même dénigrait l’écriture, peu fiable à ses yeux, puisqu’il n’était possible ni de questionner un texte écrit sur sa signification ni d’en voir les auteurs et de les jauger ». Pour l’auteur de l’élégie à Gutenberg, « à mesure que la peur de l’apocalypse culturelle glissait du roman vers ses épigones high-tech – la radio, le cinéma, la télévision et désormais, les ordinateurs-, le livre a acquis une réputation de noblesse éducative et même morale ». A présent, le livre jouit donc d’un statut de meilleur bien culturel que les jeux vidéos ou la télévision, sans que l’on s’interroge sur l’hétérogénéité de ces lectures.

La question de la diminution des pratiques de lecture chez les jeunes est sous-jacente à tout ce dossier. A la fin de celui-ci, Books en partenariat avec Opinion Way réalise donc un grand sondage sur les pratiques de lecture avec comme principale conclusion qu’«Internet semble creuser l’écart entre les jeunes qui lisent et ceux qui ne lisent pas ».

Sans commenter tout le sondage qui parfois s’appuie sur des sous-catégories trop petites pour en tirer des conclusions, on peut retenir que selon eux, 42% des « CSP- » lisent moins qu’il y a cinq ans, et que 55% de ceux qui lisent plus sur Internet que sur des supports papiers lisent moins de livre qu’il y a cinq ans.

C’est notamment à partir de ces constats qu’ont été écrits les livres les plus critiques envers la génération Y. Parmi ceux-ci, on peut noter le livre d’Andrew Keen, Le culte de l’amateur. Il considère que les sites participatifs comme MySpace et YouTube favorisent « la médiocrité, le narcissisme et le conformisme » et ajoute que « la révolution du Web 2.0 favorise les observations superficielles au détriment de l’analyse en profondeur, les opinions à l’emporte-pièce au détriment du jugement réfléchi ». Pour Andrew Keen, avec l’avènement de ces pratiques, « l’actualité sera faite de potins de célébrités servant à agrémenter la publicité », voilà ce qui arrive écrit-il, « quand l’ignorance s’allie à l’égocentrisme, au mauvais goût et à la tyrannie de la foule ».

« L’histoire démontre, écrit-il, que la foule ne fait pas toujours preuve de sagesse », ayant embrassé des causes aussi peu raisonnables que « l’esclavage, l’infanticide, la guerre de George Bush en Irak, Britney Spears »… S’enlisant un peu dans la paranoïa, il affirme que « le format interactif employé par Wikipédia autorise la diffusion d’informations inexactes, non vérifiées, voire carrément frauduleuses » et qu’« en captant notre attention comme ils le font, les blogs et les wikis sont en train de décimer les industries de l’édition, de la musique et de l’information qui ont crée le contenu original que les sites Web  »agrègent ». Notre culture est en train de cannibaliser ses jeunes, en détruisant la source même du contenu qu’ils recherchent ». C’est aussi ce que pense l’auteur de Reinventing knowledge pour qui « Sans l’ombre d’un doute, nous sommes entrés dans une ère où la vérité officielle est plus facile à contester que jamais. Mais voulons-nous vraiment vivre sans aucune vérité établie; un monde où le moindre fait doit être approuvé démocratiquement par une foule d’individus dont l’opinion n’est peut-être ni fondée ni fiable ? »

Le dossier fait aussi la part belle au désormais célèbre livre de Mark Bauerlein : The Dumbest Generation2.dumbest_generation Diamétralement opposé au premier ouvrage présenté, ce livre critique férocement la génération Y. Pour l’auteur, le multimédia nous divertit de nos buts fondamentaux, il nous distrait et met à mal notre concentration. « La multiplication des tâches oblige le cerveau à partager ses capacités de traitement, affirme-t-il, de sorte que même si les tâches ne sollicitent pas les mêmes zones, une partie de l’infrastructure qu’elles partagent risque d’être saturée. » Contrairement aux livres « qui donnent aux jeunes lecteurs un lieu où ralentir et réfléchir, où trouver des modèles, où voir exprimées leurs propres émotions », Internet oblige un fonctionnement multitâche dès lors, « même si vous réussissez à apprendre en mode multitâche, le savoir acquis est moins flexible et plus spécialisé, vous avez plus de mal à récupérer l’information ». L’auteur craint que les savoirs acquis dans les autres consommations culturelles des jeunes ne relèvent pas le niveau d’intellect de ceux-ci dès lors il craint que « la génération Y (…) ne soit pas seulement la plus bête mais aussi la plus repliée sur elle-même et la plus égoïste ».

On retrouve cet argument dans un interview de Chris Hedges intitulée « Internet gonfle le culte du moi ». Pour lui « la popularité d’Internet tient à sa capacité de gonfler le culte du moi », « Voyez Facebook et les autres sites sociaux. Leur objet n’est pas de se faire des amis mais d’établir des contacts et de communiquer au niveau le plus superficiel. Ce sont des sites d’autoprésentation, destinés à montrer comment je souhaite être vu ». Dans cet interview alarmiste, l’auteur de Empire of illusion affirme que « Par son efficacité à diffuser les images et la pornographie, Internet a facilité notre penchant culturel à transformer les êtres humains en objet ».

Un dossier extrêmement riche que je ne peux que vous conseiller de découvrir dans le numéro d’été de Books, la confrontation des idées présentées dans ces critiques de livres est très enrichissante et donne envie de poursuivre cette réflexion notamment en reparcourant des articles sur le sujet comme le très célèbre: « Est-ce que Google nous rend idiot? »

1Tout ce qui est mauvais est bon pour vous. Comment la culture populaire d’aujourd’hui nous rend en fait plus intelligents.

2La génération la plus bête. Comment l’ère du numérique abrutit les jeunes américains et compromet notre avenir

Publicités

De la torture en démocratie, un dossier dérangeant de Books

4 mai 2009

Abonné à Books depuis le numéro 1 (comme j’avais pu l’expliquer ici), j’ai dévoré le dossier de ce mois sur la torture dans les démocraties. Intitulé : « Pourquoi les démocraties torturent. De la guerre d’Algérie à la guerre d’Irak », ce dossier revient en quatre articles sur ce cancer des démocraties mis en relief par les révélations sur les pratiques de l’administration Bush.

Vade-mecum de la torture moderne

torture-and-democracyBasé sur l’ouvrage de Darius Rejali, Torture and democracy, le premier article expose les grandes caractéristiques de la torture moderne. L’auteur affirme que pendant des millénaires, les tortionnaires ne se soucièrent guère de ne pas laisser de traces. Au contraire, une torture apparente se devait de servir d’exemple. Ces pratiques de torture étaient représentées par le « chat à neuf queues », ce fouet à neuf lanières lestées de métal qui infligeait des souffrances infâmes et laissaient des traces indélébiles. On peut aussi penser au fer rouge qui marquait chaque prisonnier de son délit. « La torture est soit évidente soit secrète. Écrit Rejali. Elle s’affiche ou se nie ; vise à punir ou à mettre en garde, ou à extorquer des renseignements. ». C’est comme cela qu’il explique qu’à l’heure où la torture est condamnée socialement, à l’heure où des ONG veillent au bon respect des droits de l’homme en démocratie, la règle d’or doit être de « provoquer des souffrances intolérables sans laisser de traces physiques ».

Pourtant si certains avocats affirment haut et fort la nécessité d’utiliser la torture dans la guerre contre le terrorisme, l’auteur affirme que « tolérer la torture au nom de l’urgence des informations à obtenir n’a pas de justification rationnelle. Il n’y a quasiment aucune preuve que la torture permette d’obtenir des informations fiables », c’est d’ailleurs pourquoi les tribunaux ne reconnaissent pas les preuves obtenues par la force.

Pour lui, l’homme a donc ce besoin de torture et « puisqu’il est mal de torturer, mais que nous éprouvons le besoin de le faire, il faut pratiquer la torture sans qu’elle se voie ». S’ensuivent quelques exemples troublants, comme le supplice du drap mouillé : la tête de la victime étroitement maintenue dans un drap humide qui à mesure qu’il sèche rétrécit et comprime douloureusement la tête… Il liste aussi une série de supplices par l’eau, avant d’évoquer d’autres types de tortures comme celle que peut créer une utilisation détournée du célèbre Taser

Dans cet article, on retrouve des exemples consternants de ce qu’une démocratie a pu entreprendre pour contourner ses propres principes, un article dérangeant sur un livre choc.

Le précédent Algérien

Le recours massif à la torture par l’armée française pendant la bataille d’Alger est un exemple classique de la manière dont un État démocratique légitime cette pratique.

Confirmant ce que montra Alexis de Tocqueville, il faut parfois un regard extérieur pour nous permettre de nous voir tels que nous sommes, Books nous présente l’ouvrage d’Allistair Horne intitulé A savage war of peace. Pour lui, la torture au moment de la Bataille d’Alger a été vaine, elle « obligea les Algériens « loyaux » à coopérer mais, après la bataille, ils renoncèrent à leur loyauté envers la France ou furent assassinés. ». Ainsi selon lui, « Massu a gagné la bataille d’Alger, mais cela signifiait perdre la guerre ». En effet, comme il était impossible de faire disparaître toutes les personnes torturées, on les relâchait et par la force du bouche à oreille tout le monde était au courant.

Cet article est utile à plus d’un titre. Il apporte le témoignage de certains tortionnaires affirmant que la « torture peut devenir une drogue ». De plus, il insiste en permanence sur l’inutilité des renseignements obtenus. « S’ils avaient su lire l’arabe, ils auraient trouvé l’atelier plus tôt. Mais ils étaient trop occupés à torturer. Comme on aurait pu le prédire s’engager dans cette voie a empêché le recours aux compétences ordinaires de la police, plus efficaces ».

Guantanamo : rien que de très ordinaire

Le troisième article de ce dossier se base sur l’ouvrage Torture Team de Philippe Sands. Ce livre montre que la CIA a toujours agi largement en dehors du droit, mais que dans le cas de Guantanamo, des documents signés par Donald Rumsfled autorisent une série de techniques d’interrogatoire coercitives allant bien au-delà de ce que l’armée acceptait jusqu’alors.

On retrouve dans cet article le poignant exemple de l’interrogatoire d’Al Khatani en 2002 :

« Il avait droit à un maximum de quatre heures de sommeil par nuit. Il fut menacé par des chiens, intégralement déshabillé, encapuchonné, obligé de porter des sous-vêtements féminins sur la tête, sexuellement humilié par des interrogatrices, soumis à des températures extrêmes et à des bruits intenses, aspergé d’eau froide. On lui injecta un produit liquide dans les veines, et comme il n’était pas autorisé à aller aux toilettes, il dut uriner sur lui. »

© Botero - Abu Grahib

© Botero - Abu Grahib

Illustré par les peintures de Botero extraites de son ouvrage Abu Grahib ce dossier peut être à plus d’un titre dérangeant notamment quand dans cet article, l’auteur affirme que les hauts dignitaires américains avaient l’impression de n’avoir rien fait de mal. Il conclut d’ailleurs par ces mots : « Dans l’Amérique de l’Après-11-Septembre, les idéalistes étaient rares ; un pragmatisme amoral borné, dominait. »

Des tortionnaires comme vous et moi

Ce dernier article est tout aussi intéressant puisqu’il s’appuie sur le livre du célèbre professeur Zimbardo, The Lucifer effect. Rappelez vous, ce chercheur est à l’origine de l’expérience de la prison de Stanford. Des prisonniers et des surveillants volontaires devaient se prêter à l’expérience définie par Zimbardo comme on le voit sur cette vidéo.

Rapidement, les prisonniers privés de sommeil commencèrent à présenter des symptômes de dépression et de déstructuration. Cette expérience montre que des gens ordinaires peuvent avoir des comportements inquiétants et cruels quand ils sont inscrits dans un groupe.

L’auteur fait un parallèle avec les exactions commises à Abu Grahib. Pour lui, « sous l’influence d’une autorité ou du lucifer1groupe, ils commettront des actes qu’ils seront plus tard stupéfaits d’avoir commis, des actes que la plupart des gens pensent qu’ils ne seraient jamais capables de commettre. ». Avec raison, Zimbardo invite à l’humilité : « rien ne nous permet d’affirmer que les atrocités sont le fait de quelques brebis galleuses, ni penser que seuls des gens loin de nous dans le temps et dans l’espace peuvent les commettre. »

Parfois, il semble dans cette ouvrage que la responsabilité collective efface la responsabilité individuelle ce qui est dérangeant. L’individu compte, même à Abu Grahib, les tortionnaires avaient le pouvoir de refuser ces actes.

Ce dossier demeure dans tous les cas très intéressant et se trouve inscrit dans une actualité brûlante. A lire et à relire pour mieux comprendre comment et pourquoi les démocraties peuvent-elles se mettre à torturer?


Books, un magazine plein d’avenir…

1 décembre 2008

Ces derniebooks2rs temps les nouveautés presses ne m’ont pas vraiment emballé (comme on peut le lire ici et ). En fait, depuis GQ (que j’ai cessé de lire depuis) rien ne m’avait vraiment plu dans les nouveautés proposées par nos amis kiosquiers.

Je ne suis donc pas mécontent de pouvoir vous parler aujourd’hui d’un nouveau mensuel qui me plait et auquel je risque même de m’abonner. Ce magazine c’est books sous-titré L’actualité par les livres du monde. « Books n’est pas un magazine sur les livres. Les livres, ou plus exactement les analyses parues à propos des livres, sont l’instrument privilégié pour décrypter l’actualité ».

Olivier Postel-Vinay, directeur de la rédaction, affirme que sa volonté de créer ce magazine « a été nourrie par l’absence sur le marché français de magazine du type de la New York Review of Books, de la London Review of Books ou du Times Literary Supplement. »

Si j’ai apprécié ce magazine c’est pour quantités de raisons. Tout d’abord la maquette est extrêmement réussie. D’une clarté absolue, avec des encadrés utiles, un précieux résumé des articles, une présentation concise et efficace des auteurs et un référencement réussi des livres présentés ainsi que d’autres livres en lien avec le sujet, ce magazine s’avère très agréable à l’œil. On peut déplorer le grand nombre de rubriques, mais ce n’est en fait que le reflet de la grande diversité des sujets traités. On lit déjà des critiques affirmant que le magazine est trop tourné vers les livres du monde et pas assez sur l’actualité française, c’est vrai, mais c’est son atout. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si son fondateur a été au préalable rédacteur en chef du Courrier international. On peut enfin reprocher à la rédaction de traduire trop d’articles ( de la New York Review of Books), ce n’est pas faux, mais tous ces articles sont traduits intelligemment, re-contextualisés, et permettent un éclairage totalement différent de l’actualité.

Le dossier de ce numéro est consacré à la crise et au comportement moutonnier des acteurs économiques. Il peut être apprécié sans un doctorat en économie tout en proposant une analyse plus poussée que ce que l’on a pu lire ces derniers temps dans la presse, notamment en présentant le point de vues des économistes qui pensent que la spéculation boursière est un jeu de hasard et que les 11000 et quelques points qu’avaient pu atteindre la bourse new-yorkaise n’était absolument pas fondés.

Le dossier consacré à la numérisation des livres pas Google au moment où aurait dû débuter le projet Europeana est plus qu’intéressant. Le format de ce magazine permet d’offrir à la fois une interview de Robert Darnton qui dirige le réseau des bibliothèques d’Harvard (coopérant à l’entreprise de google) et celui de Bruno Racine président de la BNF opposé à ce projet (que l’on peut retrouver ici).

Je ne vais pas m’arrêter plus sur ce magazine car je risque vraiment de tomber dans la publicité gratuite, lisez-le numéro un (en vente jusqu’au mois de janvier au prix de 3 euros ) pour vous faire une idée, il est possible que lorsque le magazine sera au prix de 6€, ils deviennent relativement moins intéressant…