Christophe Donner, 20 000 euros sur Ségo

9 avril 2009

Après vous avoir parlé de Ségolène la femme marque le mois passé, c’est sur un autre livre qui traite de la présidente de Poitou-Charentes que je me suis penché : 20000 euros sur Ségo ! de Christophe Donner.

20000eurossursegoÉtrange roman que ce 20000 euros sur Ségo ! L’idée de base est pourtant simple, c’est une métaphore filée entre la politique, et plus précisément le congrès du PS, et les courses hippiques : favoris, outsiders, stratégies… Le résultat est à l’arrivée assez mitigé.

Je ne le cacherai pas, j’ai pourtant pris du plaisir à lire ce livre. Une fois commencé difficile de le lâcher et de ne pas le lire d’une seule traite. Pourtant ce roman est dérangeant, voire désagréable. C’est un roman politique écrit par quelqu’un qui pense qu’un « parti est d’abord un lieu de rencontres sexuelles » et qui avoue avoir dès son plus jeune âge converti la passion politique qui animait sa famille en passion hippique.

Concrètement, cela entraine des raccourcis loin d’être flatteurs pour le P.S. et pour la politique en général. Ainsi, évoquant les différentes motions déposées au Congrès du parti socialiste, Christophe Donner trouve qu’elles étaient toutes identiques : « c’était la même bouillie contestataire, un pudding de paraphrases». Tous les candidats ont droit à leur petite phrase : Aubry fait mémère, Hamon n’est « pas bon », il a « un manque de texte et de style » et « Le projet de Delanoë était insaisissable, et plus il le remplissait de fadaises, de lieux communs, plus il se vidait. ».

Bien sûr, celle qui en prend le plus pour son grade, c’est évidemment Ségolène Royal. Même s’il a choisi de parier 20000 euros sur sa victoire au Congrès, il ne manque pas de l’égratigner tout au long de son ouvrage. Tout d’abord à propos de son Zénith : « Ségolène ne marchait pas, elle ne dansait pas non plus, elle faisait l’oie, celle qui essaie de s’envoler, de s’élever, mais rien. » Puis il insiste : « elle est insupportable : « Fra-ter-ni-té ! Fra-ter-ni-té ! » c’est juste pas possible ». Quelques pages plus loin, il revient encore à la charge : « Cette grand-messe de la fraternité, là, quelle horreur ! Cette bonne femme est folle ! » et ajoute encore des termes comme « c’est la honte », « horrible » ou encore «ridicule. Elle était ridicule» pour conclure qu’«elle ne sera jamais élue il y a trop de gens qui la détestent, au PS. »

Même, s’il comprend que « L’enjeu du congrès c’est […]comment s’en débarrasser ? », il mise tout de même sur ce canasson. Même, s’il reconnaît que Ségolène Royal perd les élections au moment de son discours raté au Congrès, il conclut son ouvrage en affirmant que «ce n’est pas au vote que s’est jouée la désignation de Martine Aubry, elle a été désignée et non élue. C’est un fait, une évidence : le comité directeur a décidé que ça devait être elle, plus exactement que ça ne pouvait pas être Ségolène ».

Mais avant d’en arriver à cette conclusion, Christophe Donner nous a offert toute une série de raccourcis qui donne un ton populiste à ce bouquin. Par exemple, un psy fait du « bla bla freudien », Delanoë ne se définit que par son « coming-out » et Ségolène Royal par ses gaffes. Pour lui, « la gaffe est son sport préféré » et «les élections présidentielles furent pour elle l’occasion d’une grande tournée internationale de gaffes, elle donnait son irrésistible spectacle à guichets fermés, tous les journalistes locaux se pressant pour être les premiers à recueillir la dernière bourde».

En définitive, si Christophe Donner regrette d’avoir misé 20000 euros sur Ségo, je regrette d’avoir misé 12 euros sur ce livre qui certes est prenant mais qui n’a en tout cas pas le moindre intérêt politique. L’auteur arrive à nous tenir par la qualité de son écriture et par quelques bons mots bien sentis comme sa réflexion sur le vocabulaire marxiste de Sarkozy après la crise financière : «en l’adoptant , en faisant sien les slogans marxistes de l’ancien temps, Sarkozy les portait au sommet du ridicule, dévoilait leur inanité, leur vacuité, leur part de démence». Pour en apprendre plus sur Ségolène, il vaut mieux se reporter sur Ségolène, la femme marque ou sur un ouvrage directement écrit par l’intéressée, vous pouvez toujours parcourir ce roman pour vous divertir et savoir si ou non l’auteur pourra s’offrir ses fenêtres en or.

> sur le même thème :

Ségolène, la femme marque

Femme debout, Ségolène Royal sans surprise


Publicités

Congrès de Reims: et un, et deux et trois candidats.

16 novembre 2008

La bataille des ego ne s’arrêtera pas avec le Congrès de Reims. Trois des six motions ont en effet présenté un candidat pour prendre la tête du PS, les militants devront les départager jeudi. Le premier secrétaire se devant d’être élu à la majorité absolue, il est donc possible qu’un second tour ait lieu vendredi. Trois bulletins seront à leur disposition, Martine Aubry (motion C), Benoît Hamon (motion D) et Ségolène Royal issue de la motion E.

2fde0a21

Ces trois candidats ont eu un quart d’heure pour annoncer leur candidature. Sans surprise Ségolène Royal s’est présentée en rassembleuse, Martine Aubry semble vouloir prendre la tête d’un nouveau TSS (Tout Sauf Ségolène) alors que Benoît Hamon se présente comme le candidat du renouvellement du parti.

Pour commencer par Ségolène Royal, elle a une nouvelle fois mis en pratique la technique du rabâchage. Passé le petit mot d’introduction pour remercier son équipe Ségolène Royal a réussi en l’espace de trois minutes à dire deux fois le mot rassembler, une fois rassemblement, une fois réunir, deux fois unité et à placer cette anaphore : « Le Parti a besoin de tous, de tous ses militants bien sûr, de tous ses élus, de tous ses responsables nationaux et fédéraux, de tous ses secrétaires de section et de tous ceux et celles qui nous rejoindrons. » tout en utilisant des formules comme « tout le monde » ou « tous les militants ». Si toutefois tous les militants n’avaient pas compris qu’elle se présentait comme une candidate rassembleuse, elle a fait quelques piqures de rappel :au milieu du discours en affirmant qu’elle souhaite « rassembler nos forces, nos talents, nos volontés et tous nos courages. » puis en conclusion où elle affirme que son équipe « a vocation à s’élargir et à rassembler tous les socialistes ». Au cas où le message ne soit pas clair, quelques secondes avant de libérer le pupitre elle lâche un « Rassemblons-nous ». En dehors de ces appels à l’unité le message de Ségolène Royal est assez simple, la France a besoin d’une opposition solide qu’elle souhaite incarner en étant premier secrétaire du parti socialiste. Elle s’en est aussi un peu pris aux responsables de la crise économique avec des formules qu’elle apprécie tellement comme « la secte dorée des intégristes du marché » ou « ces acrobates de la mathématique financière ». Personnellement mon passage préféré est le suivant : « ils y mettaient de l’entrain ces idéologues suffisants attachés à détruire sous toutes les latitudes, l’Etat qu’aujourd’hui ils appellent au secours, comme on appelle un domestique pour qu’il éponge les dégâts d’une fête trop arrosée ! ».

Le message de Martine Aubry était un peu plus difficile à faire passer clairement. Elle est la candidate anti-Ségolène sans pouvoir le dire. Pour ne pas donner de noms elle va appeler ses camarades par leur motion. A 19 reprises Martine Aubry va employer ce mot motion. 19 fois en quelques minutes, on est proche de la saturation. La motion visée est bien sûr la motion A, celle de Bertrand Delanoë. Cette motion a obtenu plus de 30 000 voix la semaine passée et se trouve aujourd’hui sans candidat. Les deux candidats avaient d’ailleurs obtenus environ 25% des voix chacun, Martine Aubry sachant bien compter 25+25 = 50. Si elle récupère les voix de la motion A, elle pourrait être élue au premier tour. Tout au long de son discours elle va donc utiliser des expressions telles que « cette analyse, nous la partageons avec les camarades de la motion A et de la motion C » (Dans cette formule on a en plus un appel du pied aux partisans de Benoît Hamon pourtant candidat, ceci préfacerait-il une alliance dans le cas d’un éventuel second tour ?). Elle fera souvent allusion aux motions A, C et D (Delanoë, Hamon, et elle-même) qui remplace en fait l’expression Tous Sauf Ségolène Royal. Elle conclut son discours en saluant « Bertrand » et « Benoît » mais les électeurs du premier sont bien sa cible puisque ce n’est certainement pas un hasard si le dernier « mot » de son discours est « motion A ».

Benoît Hamon joue son rôle de challenger. Il représente la gauche du parti et pourrait bien obtenir une minorité de blocage. On peut imaginer que les deux candidates obtiennent chacune un peu moins de 40% des voix et que lui obtienne un peu plus de 20%. Dans ce cas de figure ce serait la candidate qui s’allierait avec lui qui gagnerait vraisemblablement le poste. Il va essayer de profiter de cette position pour tirer un peu le parti vers sa gauche. C’est d’ailleurs le candidat qui a fait le discours le plus conséquent. Le seul à avoir mis en avant des idées et presqu’un programme. Toutefois, il sent aussi qu’il a une carte à jouer et pour cela il se présente comme le candidat du changement. En deux phrases et moins d’une minute il va réussir à placer deux fois le mot changement et deux fois le verbe changer. Il affiche clairement ses idées, pour lui « les militants ont indiqué clairement leur souhait que le Parti socialiste soit ancré à gauche ». Si jamais il n’emporte pas l’investiture du parti, il donne deux conditions claires pour céder ses voix, il faudra interdire le licenciement des entreprises qui font du profit (« on continue de licencier dans des entreprises profitables, c’est inacceptable. ») et aucune alliance avec le MoDem n’est envisageable (« je considère aujourd’hui que l’alliance avec le MoDem est dangereuse »).

Trois candidats, un vrai débat sur l’orientation du parti mais aussi un combat des chefs. Une candidate qui se sent portée par les militants bien que sa base semble plus fragile qu’au moment de l’investiture pour la présidentielle de 2007 ; une candidate qui est prête à abattre cette première ; et un arbitre, un jeune quadra à gauche du parti qui pourrait bien être la clé de ce scrutin s’il devait se dérouler en deux tours. Affaire à suivre, souhaitons pour eux que le candidat qui aura les clés du parti la semaine prochaine réussisse à fédérer le parti socialiste.