Le Point ou la vacuité d’un dossier sur Jean Sarkozy

24 mai 2009

C’est suite à l’article d’Intox 2007 que j’ai découvert cette une du Point. Au delà, du titre, on découvre la vacuité d’un long dossier attribué à Jean Sarkozy…

Monsieur_le_dauphinRécemment diplômé ès « fils à papa » par le collectif sauvons les riches, régulièrement devant les tribunaux, dans la presse quand il passe le premier mai en Auvergne chez son parrain Brice Hortefeux ou pris en photo lors de son passage sur la croisette, à 22 ans avec un « modeste » mandat de conseiller général, Jean Sarkozy reçoit une médiatisation hors du commun. Il y a quelques semaines, Le Point, avait déjà publié un article intitulé : « Jean Sarkozy sur tous les fronts », pour ce numéro, c’est la une qui lui est consacrée.

Après un mariage sur-médiatisé, Jean Sarkozy continue à s’implanter profondément dans les médias. Il peut compter sur Le Point pour réaliser un portrait totalement objectif, la preuve ces quelques mots qui le présentent comme « moderne, en phase avec la société, au fait des tendances, mais rejetant le politiquement correct, la ghettoïsation et l’assistanat. »

Autant le dire tout de suite, le dossier spécial Jean Sarkozy est vide, tellement vide que les journalistes ont dû aller chercher dans la progéniture des autres présidents des événements comparables. Bien sûr, on peut trouver d’autres élus chez les enfants de présidents, mais aucun n’avait à 22 ans toujours pas le moindre diplôme universitaire mais déjà un mandat de conseiller général et la présidence de l’UMP d’un département aussi prisé…

Bon bien sûr, le dossier n’est pas totalement vide, on trouve plein d’informations passionnantes, par exemple, on sait

Jean Sarkozy à son arrivée au Martinez le 14 mai 2009 / REUTERS / Regis Duvignau

Jean Sarkozy à son arrivée au Martinez le 14 mai 2009 / REUTERS / Regis Duvignau

qu’il trouve qu’« elle écrit bien, Carla. » et on apprend qu’ « il joue de la guitare et du piano, apprend l’anglais grâce aux chansons de Bob Dylan » (avec un peu de chance il sera à peu près autant bilingue que son père grâce à ça!).

On nous fait aussi un petit état de l’ambition de Jean Sarkozy, dans ce dossier on « apprend » qu’« il veut être candidat à la députation en 2012. Et en 2014, il pourrait viser la mairie de Neuilly, mais cela dépendra du contexte local, car Fromantin [l’actuel maire de la ville] se démerde plutôt bien. » Quel appétit ! ». L’intéresser avoue même « se préparer» sans que l’on sache vraiment à quoi.

On nous montre aussi que ce n’est pas du goût de tout le monde, que beaucoup l’affublent de défauts manifestes : « Trop jeune », « trop influençable », « manque de fond », « désinvolte », « mal entouré »… avec « un staf  (…) très léger politiquement »…

Mais, Jean Sarkozy passe outre, « ses conseils, il les prend auprès de son parrain Brice Hortefeux, du conseiller élyséen Pierre Charon ou de Frédéric Lefebvre, porte-parole de l’UMP (…) le couple Balkany le couve aussi. ». A 22 ans, il semble déjà aussi schizophrène que papa, après s’être qualifié de gaulliste social, il affirme que sa référence politique est… Charles Pasqua…

Dans ce dossier, on apprend aussi avec grand plaisir qu’il est « inscrit en droit à la Sorbonne sous le nom de « Bocsa » [mais qu’il] a déserté les bancs de la fac depuis… février 2008. Engagement politique oblige. Dispensé de cours en raison de son activité professionnelle, il a passé les examens du premier semestre. Reste à valider sa deuxième année de licence, qu’il redouble. »

Passionnant, non? Pour combler les pages accordées à ce dauphin sur lequel il n’y a visiblement pas grand chose à dire, les journalistes ont réussi à coller deux fois la même citation de Nicolas Sarkozy : « Je suis fier de lui, ce qu’il fait à son âge est admirable. S’il devient député, il sera inarrêtable, i-nar-rêt-able. Seulement, il doit faire les choses tranquillement, calmement, sans aller trop vite. Mais, attention, je ne dis pas ça parce que c’est mon fils ! »

Vous l’aurez compris, c’est un dossier totalement passionnant qui est en une du Point cette semaine, à ne surtout surtout pas manquer! Sinon cette semaine vous avez aussi ce passionnant dossier du Nouvel Obs’


Non, non, non à David Martinon!

2 octobre 2007

Une petite brève de passage, pour un fait divers sans importance. Dans la série je place mes amis, Nicolas Sarkozy a « parachuté » David Martinon tête de liste pour les municipales de la ville que notre président affectionne ô combien, Neuilly.

TF1 a oublié de parler de cet événement politique tandis que France 2 lui a réservé son quatrième titre, un reportage d’un peu moins de deux minutes montrant « Neuilly la fronde ». Pour le journaliste de la chaîne publique, c’est une « intronisation qui fait quelques vagues », il alimente ses propos de quelques interviews de militants UMP affirmant que « Neuilly n’est pas une succursale de l’Elysée » ou revendiquant des « primaires » comme à Paris.

Le Figaro ne voit pas cette nomination du même œil. Point d’ « intronisation » ou de « parachutage » (Le Monde) mais un « adoubement », le président de la République s’étant pour eux contenté d’« apport[er] son soutien au porte-parole de l’Élysée ». Ce journal ne fait part d’aucune tension, il se contente juste de rapporter le témoignage de Dominique de Villepin qui s’est interrogé sur la « compatibilité » de la fonction de maire de Neuilly et de porte parole de l’Elysée. Le Monde rapporte lui aussi une phrase de l’ancien Premier Ministre. Phrase affirmant que Dominique de Villepin fait « partie de ceux qui pensent qu’on ne peut bien faire en politique que ce qu’on fait à temps complet ».

Enfin, Libération présente un article d’un ton tout à fait différent. Ce journal nous informe qu’il y aurait eu des huées à l’annonce du nom de M. Martinon, et que la foule aurait scandé « Non, non, non à David Martinon », c’est aussi ce que l’on pouvait entendre lors du reportage de France 2, étrange que ces cris ne soient pas parvenus jusqu’aux colonnes du Figaro ou à la rédaction de TF1…