Petite analyse du discours de Ségolène Royal à Rezé

28 mai 2009

C’était l’événement politique de la soirée d’hier, Ségolène Royal et Martine Aubry ont tenu un meeting commun à Rezé (Grand-ouest). Après avoir un peu hésité à vous en parler – comme tout le monde – j’ai décidé de vous proposer une petite analyse du discours de Ségolène Royal autour de quatre points : son appel à l’unité, son appel à la participation, sa critique de l’Europe libérale et ces propos sur la création des « Etats-Unis d’Europe ».

Un appel à l’unité et une photo de famille

La photo on l’a longtemps attendue dans cette campagne et inutile de nier qu’elle est arrivée beaucoup trop tard pour renverser la tendance. Mais l’unité hier était de mise. Tout au long de son discours Ségolène Royal a essayé de le La Photorappeler. En vrac, on peut noter les phrases suivantes : « Tout le bonheur de se retrouver là tous ensemble », « ça fait du bien d’être ensemble » (3fois), « unis nous allons gagner », « nous sommes heureux d’être ensemble », « nous avons la puissance de l’unité et du rassemblement ». Bien sûr, plus que des mots, il fallait des attitudes, et cette fameuse photo. Écouter les discours de l’autre, applaudir sans cesse et ne pas laisser présager une rivalité… Les deux meneuses du Parti Socialiste ont de ce point de vue là été irréprochables. J’aurais imaginé, toutefois, Ségolène Royal parler davantage de Martine Aubry pour souligner l’absence totale de rivalités entre les deux. Elle l’a fait, et il faut le noter. Dès le début, elle parle de « ma chère Martine, notre première secrétaire ». Les mots sont importants, et le « notre » prend ici, un sens crucial de ralliement. Puis elle évoque un P.S. uni « à côté de (…) Martine vaillante et opiniâtre dans cette campagne ». Toujours dans le registre des louanges, Ségolène Royal affirme que Martine Aubry est responsable de la réussite du manifesto. «Ce manifesto nous te le devons en tant que chef du P.S. français ». Une fois encore, elle réaffirme volontiers le rôle de leader incontestée du P.S. à Martine Aubry, sans rancune ni rivalité, du moins en façade.

Cependant tous ces louanges ont lieu au début du discours et je m’attendais à davantage de piqures de rappel pour définitivement en finir avec l’idée de division des socialistes. Des rappels il n’y en a eu que deux à la vingtième et à la 29ème minutes, le dernier étant d’ailleurs peu naturel. Le « Comme tu l’as dit Martine » et le « Comme vous l’a souvent dit Martine » glissés à dix minutes d’intervalle dans un discours d’une demie heure étaient évidemment prévisibles mais bien joués. Ils servent à rappeler en permanence l’unité du parti socialiste ce qui était incontestablement le but de ce meeting commun.

« Un appel vibrant à la participation »

L’unité du parti socialiste est une chose, il faut encore avoir des électeurs. Ségolène Royal en est convaincue, chaque électeur qui restera chez lui dimanche offrira sa voix à l’UMP et à l’Europe actuellement en place. Quasiment tout au long de son discours Ségolène Royal s’adresse à ceux qui ne souhaitent pas s’exprimer dimanche. « Ce qui menace, c’est l’abstention, l’indifférence et même le dégoût, le pire c’est que ceux qui aujourd’hui ne veulent pas voter sont les principales victimes de l’Europe libérale ». Puis elle se lance dans ce qu’elle nomme « un appel vibrant à la participation », avec une longue anaphore (que l’on pourrait qualifier de sarkozienne tant il en use et abuse) en répétant « L’Europe sociale a besoin de vous ». Elle cite toute une série de personnes, des chercheurs aux milliers de licenciés – évoquant un très grand nombre d’usines – et à chaque fois ponctue sa phrase de ce syntagme « L’Europe sociale a besoin de vous ».

On aurait pu imaginer qu’elle prononce l’expression « vote utile », mais elle en a laissé le soin à Martine Aubry. Cela dit tout son discours consiste de la même manière à capter l’électorat indécis, et à amener aux urnes les électeurs qui pensent à les bouder : « Venez voter toutes celles et ceux qui veulent que ça change! ». S’il est bien un élément qui ne laisse pas de doute, c’est que la dernière réplique de son discours a été : « Et que pas une voix ne manque! »

Contre l’axe sarko-berlusconien

A quelques jours des européennes, le discours de Ségolène Royal avait un petit goût de campagne présidentielle du second tour. Elle ne s’est pas attaquée aux partis plus à gauche, ni au Modem mais exclusivement à l’UMP et à « l’axe sarko-berlusconien ». Certes en filigrane, les critiques des autres partis apparaissent, elle vise vraisemblablement la gauche extrême et Europe Ecologie lorsqu’elle en appelle à l’unité et au rassemblement ou qu’elle affirme que seuls les socialistes peuvent construire l’Europe sociale (« qui d’autre que les socialistes peuvent construire l’Europe sociale ») mais la cible est réellement dans l’autre camp, celui de l’Europe libérale. Une Europe et une droite décomplexée qu’elle résume en six points : individualisme, avidité, brutalité, imposture, populisme et démagogie. Illustrant chacun par un exemple concret du « cynisme libéral ». Elle s’attaque une fois encore à la droite sur son terrain de chasse : l’insécurité. Rappelant qu’en France ils sont en poste depuis 2002 et que ce sont eux qui génèrent de l’insécurité, Ségolène Royal évoque « l’hystérie législative de la droite » raillant l’arrestation du voleur de bicyclette de six ans qui n’avait pas même voler de vélo…

Les « États-Unis d’Europe »

Pour Ségolène Royal soit « L’Europe marche vers l’unité politique [soit] elle se disloquera dans le nationalisme ». Elle en appelle de ses vœux à la création des États-Unis d’Europe dépassant par là-même la position officielle de son parti. Avant d’énoncer cette idée, elle avait tout de même appeler à une Europe de la « justice sociale », dotée d’une « démocratie exemplaire » qui mène un « combat écologiste » et se bat pour « des libertés toujours plus grandes ». Elle n’évoque pas de sujets qui fâchent comme le salaire minimum européen et rappelle par ses affirmations que le combat pour les libertés n’est pas l’apanage de l’UMP mais bien des socialistes. Avant tout, c’est donc une Europe sociale que Ségolène Royal souhaite ou plus précisément une Europe « social-humaniste du XXIème siècle ».

Toujours en campagne, elle propose donc l’idée de la création des Etats-Unis d’Europe en répétant cette expression à cinq reprises, et donc s’affirme en faveur d’une intégration politique totale. Une « Europe unie des peuples d’Europe ». Citant l’internationale socialiste, elle en appelle au « courage de faire la différence » pour se protéger de cette Europe – et là elle paraphrase Hobbes – [de la guerre du tous contre tous où l’homme est un loup pour l’homme]

En sous-régime, baffouillante à cause d’une absence manifeste de maîtrise de son texte, nettement moins charismatique qu’à son habitude, Ségolène Royal a réussi à remarquablement prêcher l’unité tout en affirmant sa différence et en proposant à quelques jours du scrutin des idées qui ne figurent pas vraiment au programme. Électron libre : beaucoup se demandait comment elle se comporterait mardi soir, elle a, en fait, été assez prévisible se rangeant derrière sa « très chère Martine » avec qui elle n’a plus aucune rivalité ni jalousie. Ce meeting était crucial pour le parti socialiste, et il a été nettement plus réussi que le lancement de la campagne de l’UMP mais il est certainement arrivé trop tard pour convaincre les indécis et ceux qui souhaitent se tourner vers une alternative à gauche que le P.S. est un parti uni.


Sarkozy/Zapatero/Royal, l’affaire ne passionne pas l’Espagne.

24 avril 2009

Une conférence et quelques TD en préparation, des copies à corriger qui s’empilent, un travail alimentaire, le temps pour bloguer se raréfie ! Je me suis pourtant intéressé à cette histoire de « pardon » de Ségolène Royal.

images1J’avais personnellement trouvé le coup du pardon à l’Afrique très bien joué. Le fait de parler au nom de la France lui confère une fausse légitimité qui peut contribuer à la présidentialisation de son image. Elle joue aussi sur le jeu de la décrédibilisation de Sarkozy en lui faisant un procès en compétence, chacun de ses pardons étant accompagnés d’une vision de ce que peut ou ne peut pas dire un président de la République. Elle se crée un rôle de contre-présidente, représentant le pays et non son parti.

L’affaire du pardon à Zapatero est toute différente. D’une part, elle arrive quelques semaines après celui à l’Afrique ce qui crée un écho désagréable et met sur le même plan deux affaires très différentes. Il y a d’un côté un discours très contestable de l’autre, un mot déplacé qui a pu – ou non – avoir été prononcé, qui a pu – ou non – être sorti de son contexte. Certains confirment les propos présidentiels cités par Libération sur la mise en doute de l’intelligence de José Luis Zapatero, d’autres les nient.

 L’Espagne s’est émue de ces propos. El Mundo évoque « une pluie de commentaires ». Pourtant les excuses de Ségolène Royal ne déchaînent pas les passions. Dans la presse espagnole ses jours, on s’intéresse plus à ses collaborateurs non-rémunérés et aux échanges d’amabilités entre l’UMP et PS. En premier lieu, les quotidiens espagnols reviennent sur les propos de Frédéric Lefebvre qui conseille à la présidente du Poitou-Charentes une « aide psychologique » ou qui la considère comme une octavilla (un tract de propagande). Ces propos font dire aux journalistes espagnols que la politique française est « mas de frasecitas que de confrontacion de proyectos »[1]. Cette affaire de politique franco-française qui vient se régler sur leur terre aura au moins le mérite d’avoir fait rire quelques journalistes ! La plupart des journaux qui relatent l’affaire raillent cependant plus les « bravuconadas verbales »[2] de Sarkozy que les pardons de Ségolène Royal !

 


[1] Une politique de petites phrases et non de confrontation de projets

[2] fanfaronnades verbales


Christophe Donner, 20 000 euros sur Ségo

9 avril 2009

Après vous avoir parlé de Ségolène la femme marque le mois passé, c’est sur un autre livre qui traite de la présidente de Poitou-Charentes que je me suis penché : 20000 euros sur Ségo ! de Christophe Donner.

20000eurossursegoÉtrange roman que ce 20000 euros sur Ségo ! L’idée de base est pourtant simple, c’est une métaphore filée entre la politique, et plus précisément le congrès du PS, et les courses hippiques : favoris, outsiders, stratégies… Le résultat est à l’arrivée assez mitigé.

Je ne le cacherai pas, j’ai pourtant pris du plaisir à lire ce livre. Une fois commencé difficile de le lâcher et de ne pas le lire d’une seule traite. Pourtant ce roman est dérangeant, voire désagréable. C’est un roman politique écrit par quelqu’un qui pense qu’un « parti est d’abord un lieu de rencontres sexuelles » et qui avoue avoir dès son plus jeune âge converti la passion politique qui animait sa famille en passion hippique.

Concrètement, cela entraine des raccourcis loin d’être flatteurs pour le P.S. et pour la politique en général. Ainsi, évoquant les différentes motions déposées au Congrès du parti socialiste, Christophe Donner trouve qu’elles étaient toutes identiques : « c’était la même bouillie contestataire, un pudding de paraphrases». Tous les candidats ont droit à leur petite phrase : Aubry fait mémère, Hamon n’est « pas bon », il a « un manque de texte et de style » et « Le projet de Delanoë était insaisissable, et plus il le remplissait de fadaises, de lieux communs, plus il se vidait. ».

Bien sûr, celle qui en prend le plus pour son grade, c’est évidemment Ségolène Royal. Même s’il a choisi de parier 20000 euros sur sa victoire au Congrès, il ne manque pas de l’égratigner tout au long de son ouvrage. Tout d’abord à propos de son Zénith : « Ségolène ne marchait pas, elle ne dansait pas non plus, elle faisait l’oie, celle qui essaie de s’envoler, de s’élever, mais rien. » Puis il insiste : « elle est insupportable : « Fra-ter-ni-té ! Fra-ter-ni-té ! » c’est juste pas possible ». Quelques pages plus loin, il revient encore à la charge : « Cette grand-messe de la fraternité, là, quelle horreur ! Cette bonne femme est folle ! » et ajoute encore des termes comme « c’est la honte », « horrible » ou encore «ridicule. Elle était ridicule» pour conclure qu’«elle ne sera jamais élue il y a trop de gens qui la détestent, au PS. »

Même, s’il comprend que « L’enjeu du congrès c’est […]comment s’en débarrasser ? », il mise tout de même sur ce canasson. Même, s’il reconnaît que Ségolène Royal perd les élections au moment de son discours raté au Congrès, il conclut son ouvrage en affirmant que «ce n’est pas au vote que s’est jouée la désignation de Martine Aubry, elle a été désignée et non élue. C’est un fait, une évidence : le comité directeur a décidé que ça devait être elle, plus exactement que ça ne pouvait pas être Ségolène ».

Mais avant d’en arriver à cette conclusion, Christophe Donner nous a offert toute une série de raccourcis qui donne un ton populiste à ce bouquin. Par exemple, un psy fait du « bla bla freudien », Delanoë ne se définit que par son « coming-out » et Ségolène Royal par ses gaffes. Pour lui, « la gaffe est son sport préféré » et «les élections présidentielles furent pour elle l’occasion d’une grande tournée internationale de gaffes, elle donnait son irrésistible spectacle à guichets fermés, tous les journalistes locaux se pressant pour être les premiers à recueillir la dernière bourde».

En définitive, si Christophe Donner regrette d’avoir misé 20000 euros sur Ségo, je regrette d’avoir misé 12 euros sur ce livre qui certes est prenant mais qui n’a en tout cas pas le moindre intérêt politique. L’auteur arrive à nous tenir par la qualité de son écriture et par quelques bons mots bien sentis comme sa réflexion sur le vocabulaire marxiste de Sarkozy après la crise financière : «en l’adoptant , en faisant sien les slogans marxistes de l’ancien temps, Sarkozy les portait au sommet du ridicule, dévoilait leur inanité, leur vacuité, leur part de démence». Pour en apprendre plus sur Ségolène, il vaut mieux se reporter sur Ségolène, la femme marque ou sur un ouvrage directement écrit par l’intéressée, vous pouvez toujours parcourir ce roman pour vous divertir et savoir si ou non l’auteur pourra s’offrir ses fenêtres en or.

> sur le même thème :

Ségolène, la femme marque

Femme debout, Ségolène Royal sans surprise



Ségolène Royal à la tête de Dailymotion

29 mars 2009

A l’heure où Dominique Strauss-Kahn bénéficie de tous les égards des médias pour son retour en France, Ségolène Royal innove une fois encore dans sa communication en prenant les commandes de la page d’accueil Dailymotion ce week-end.

C’est dans une indifférence médiatique totale que Ségolène Royal fait à nouveau évoluer la communication politique. En effet, tous les médias ont repris le buzz de Romain Mesnil qui arpente les rues de Paris nu et perche en main mais aucun ne s’est intéressé à l’expérience de Ségolène Royal sur Internet. Aucun rapport, certes. Il est tout de même étrange que seul le site de l’Express s’intéresse à cette expérience nouvelle de la présidente de la Région Poitou-Charentes qui court-circuite les médias traditionnels pour faire passer ses idées.

Le site Dailymotion récemment attaqué par Nadine Morano s’offre une première personnalité politique aux commandes de leur page d’accueil et c’est tout de même un petit événement. Si Marc Eychenne affirme qu’ils ont « envoyé de nombreuses demandes à des personnalités politiques de tout bord, [et que Ségolène Royal] est la seule à avoir répondu favorablement pour l’instant » du côté de la socialiste on affirme que « DailyMotion voulait que ce soit elle, la première [car] elle connaît bien Internet, elle y est très active et ses vidéos plaisent. » Les vidéos mises en avant par Ségolène Royal ne présentent pas un intérêt démesuré, mais ce qui est intéressant c’est le principe de vidéos questions-réponses auquel elle a adhéré.

royal1

Les vidéos actuellement en ligne balayent un certain nombre de thèmes, de la voiture électrique à la crise en passant par l’éducation à l’école maternelle, Ségolène Royal répond à toutes les questions. Celles qui ne sont pas publiées sur Dailymotion et qui ont pourtant été suggérées à Ségolène Royal devraient normalement être reprises sur le site desirdavenir.org. Une fois encore l’exercice de communication est maîtrisé, elle apparaît proche des gens dans ce décor minimaliste composé uniquement d’une pancarte de sa région.

Pas besoin de journalistes complaisants, Ségolène Royal répond aux questions qu’elles souhaitent aborder en choisissant les vidéos d’internautes. L’invitée spéciale de Dailymotion donne dès lors l’impression de répondre aux vraies préoccupations des Français ce qui est une constante dans sa communication. En plus, elle utilise les mêmes ressorts émotionnels que ceux que décrit François Belley dans Ségolène, la femme marque. Ainsi, pour mettre en avant sa crédibilité, elle ramène sans cesse les questions à ses actions concrètes pour la région Poitou-Charentes ou dans ses fonctions gouvernementales. Pour mettre en avant, sa proximité avec les Français elle utilise d’une part ce format questions-réponses et d’autre part elle essaye de paraître dans ses vidéos comme en plein dialogue avec les internautes tout en insistant sur sa proximité avec les gens et sur le bon sens des idées issues de la démocratie participative. Enfin, pour mettre en relief le registre de l’émotion, elle nous rappelle à plusieurs reprises ses origines modestes : elle nous rappelle qu’elle est originaire d’un « petit village des Vosges », d’ « une famille de quatre enfants avec peu de moyens »…

Elle utilise cette communication sur quasiment toutes les questions, par exemple à propos de l’environnement. Elle commence sa réponse par « je vais vous raconter une histoire », nous évoque ses actions lorsqu’elle était ministre de l’environnement. Puis revient sur son enfance : « j’ai été élevée comme ça dans la petite enfance » (« ma mère récupérait l’eau de pluie pour nous laver les cheveux » ; « J’ai fait des herbiers » ; « j’allais aux champignons avec mon grand-père ») et finit par ses actions concrètes aujourd’hui pour sa région. Elle emploie un vocabulaire peu habituel de type « j’ai été soutenue par l’opinion public à fond la caisse » ou « ça a fait un malheur » pour nous amener on ne peut plus sérieusement vers la crise mondiale de l’eau.

Dans les vidéos choisies elle met aussi en avant ses connaissances sur des questions très pointues comme la voiture Heuliez qui faute d’aide gouvernementale peine à voir le jour alors qu’elle pourrait être la première voiture électrique avec une autonomie de deux heures mise en vente à 5000 euros ! Elle tacle d’ailleurs le gouvernement sur beaucoup d’autres sujets comme la petite enfance où ce « gouvernement de nantis » ne prend pas conscience de l’importance de l’école primaire pour l’égalité des chances, le CNRS et aussi et surtout sur le soutien aux banques qui ont reçues des milliards et qui rechignent à financer les PME. Elle critique le « déficit de dialogue social » et épingle les entreprises qui délocalisent ou licencient alors qu’elles ont reçues des aides publiques. Ségolène Royal développe ses idées dans ce domaine, évoque les pays du Nord de l’Europe comme elle aime le faire avant d’aborder d’autres sujets comme sa place au sein du parti. Elle explique qu’elle ne créera pas de partis mais invite tout le monde à adhérer à désir d’avenir – « un lieu apaisé ou l’on travaille, ou l’on échange » – pour seulement 5 euros!

Si le résultat est mitigé : elle n’a pas attiré les médias traditionnels sur son initiative et sa vidéo sur l’environnement n’a été vue que par quelques centaines de personnes, elle réussit tout de même à attirer jusqu’à vingt mille personnes sur sa réponse à la crise soit en un week-end cinq fois plus que la vidéo star de Martine Aubry sur l’Europe. Une fois encore en utilisant cette nouvelle communication et en poussant les internautes vers désir d’avenir et non vers le P.S., Ségolène Royal doit faire grincer des dents, mais elle trouve encore un nouveau moyen d’exister auprès des Français tout en restant fidèle à ses idées et à sa manière de faire la politique. Qu’elle sera la prochaine étape ?

Sur le même sujet :

Ségolène, la femme marque


Ségolène ®, la femme marque

16 mars 2009

A l’heure où Ségolène Royal – qui a si souvent exposé sa vie privée – se plaint d’être en une de Paris Match avec son nouveau compagnon, il est intéressant de découvrir l’ouvrage de François Belley qui analyse la marque Ségolène ®.

Sur invitation de l’auteur, j’ai décrypté Ségolène ® la femme marque. Je ne vous cache pas avoir été quelquesegolenefemmemarque2 peu inquiet en découvrant le postulat de départ. L’analyse d’une femme politique par un « marketeux » risquait de réveiller en moi les souvenirs plus ou moins difficiles des cours d’analyse économique du politique. J’ai eu peur de retrouver le spectre de Capitalisme, socialisme et démocratie de Schumpeter, Anthony Downs ou encore des calculs tels que V = pU – C + R1 qui nous explique l’irrationalité du vote. Au lieu de cela, je me suis trouvé en présence d’un livre très travaillé et tout à fait agréable à lire. L’omniprésence de termes utilisés en marketing et en communication nous rappelle toutefois la nature de cet ouvrage. Ainsi on peut trouver des mots comme covering, C to P (consumer to politics), insights, big idea, team, feedback, brand linking, ou encore des termes qui nous plongent directement dans l’univers de la publicité comme aspirationnel ou désirabilité. Pourtant la démonstration apporte un vrai plus à l’étude du politique tant il est vrai que parfois la science politique est désarmée face à la mise en abîme de l’image des professionnels de la politique.

Le livre commence par une préface de Jacques Séguéla, l’homme qu’il fallait pour un ouvrage qui veut imbriquer communication et politique. Cette préface très courte peut à plusieurs titres décevoir, il n’empêche qu’elle remplit son rôle, elle met le lecteur en haleine et annonce la couleur. De ces quelques lignes, je ne retiendrai qu’une phrase qui éclaire la thèse de l’auteur : « la consommation, si on la réduit à sa plus simple expression, se résume à deux vases communicants. L’un symbolise la confiance, l’autre le désir. Le choix va toujours à l’offre qui témoigne de la meilleure synthèse des deux ». En 2007, c’était Nicolas Sarkozy, c’est pourtant à l’autre « gagnante » de l’élection que François Belley s’est intéressé.

Rapidement, l’auteur nous explique dans quelle mesure on peut affirmer que les hommes politiques sont des marques comme les autres. A travers des exemples très concrets comme celui de José Bové, on commence à adhérer à la thèse du livre. L’œil du professionnel du marketing nous apporte tout d’abord une vraie connaissance de ce qu’est une marque. Insistant sur le triptyque notoriété, identité et pérennité qui fonde la marque, l’auteur conclut que « seul le profit semble différencier la marque commerciale de la marque politique ».

Mais Ségolène ® la femme marque n’est pas un ouvrage lointain et théorique. Basé sur un travail colossal, l’auteur nous retrace l’ascension de Ségolène Royal de son entrée en politique à la veille du congrès du P.S.. Partant du principe qu’une marque doit « incarner et développer une spécificité (…) et donc [se] rendre unique, dans une certaine mesure, aux yeux du consommateur. » L’auteur analyse ce qui fait de la présidente de région un produit marketing.

Pour l’auteur, la marque Ségolène Royal se distingue des autres offres politiques, par sa féminité et sa proximité. De ce point de vue, force est de reconnaître la stabilité de Ségolène Royal. Tout au long de sa carrière, elle aura joué sur le registre de l’émotion et sur la carte de l’écoute. L’auteur nous montre le parcours qu’elle a entrepris depuis la mise en avant de la naissance de sa fille Flora en 1992 dans Paris Match jusqu’à son Zénith à la fin de l’année passée, il est totalement impossible de passer à côté de la vie privée de Ségolène Royal. Elle va, de plus, « faire de ses places aux gouvernements et de ses fonctions politiques un levier médiatique pour émerger, installer la marque dans l’esprit des Français ». La notoriété est déjà là, et le fait qu’elle ait toujours été une « bonne cliente » pour les médias, va profondément l’aider à devenir une possible présidentiable en 2007.

En ce qui concerne l’émotion, inutile de préciser que Ségolène Royal aime mettre en avant sa vie privée, « chez Ségolène, la politique s’apparente toujours à un récit dans lequel les séquences émotionnelles rythment la vie de l’héroïne narratrice ». Tout au long de sa carrière, elle n’aura de cesse de mettre en avant, son statut de femme, son charme et ses atouts de mère de famille nombreuse. Pour l’auteur, « Ségolène Royal sera l’incarnation même de la femme rassurante, maternelle, douce et protectrice »

Mais le point fort de la marque Ségolène, c’est l’écoute. Si Ségolène Royal peut apparaître comme un pur produit de la demande, c’est parce qu’elle n’effectue que rarement une prise de parole sans avoir préalablement commandé une étude de marché. Sur ce point là, elle ressemble beaucoup à Nicolas Sarkozy. Mais Ségolène Royal, pousse le sentiment d’écoute à son paroxysme en ne jurant que par la démocratie participative. L’auteur établit un parallèle entre la démocratie participative de Ségolène Royal et ce que les marques commerciales appellent le « Customer made » – autrement dit, « conçu par le consommateur ». Le « principe qui tend à faire du consommateur un acteur avisé de l’entreprise en l’associant d’une manière tactique à l’élaboration de ses produits, en amont de son processus de décision jusqu’à la conception de ses campagnes de communication. » De ce point de vue là encore, François Belley montre la cohérence du parcours de Ségolène Royal qui dans ses slogans, ses écrits ou ses pratiques met toujours en avant le citoyen-expert.

Le livre pourrait s’avérer enrichissant avec ces éléments, mais l’auteur va plus loin en nous offrant une analyse de l’image de Ségolène Royal. Il revient sur l’utilisation du blanc par la candidate, sur ses références plus ou moins explicites à François Mitterrand et à la culture catholique et même sur ses sourires par le biais d’analyses toujours pertinentes. Sa vision marketing permet aussi d’expliquer l’essoufflement de Ségolène Royal à la veille des élections internes au P.S.. Dans le cycle de vie du produit Ségolène, on a atteint actuellement le stade de la maturité. Le produit est moins attirant et n’est plus vraiment une nouveauté sur le marché. Ceci explique notamment que les médias avides par nature de nouveautés ce soient tournés massivement vers le produit Bertrand Delanoë avant le Congrès du PS. Dans cette phase la stratégie est simple, exister à tout prix. Cela explique les controverses suscitées par Ségolène Royal : on cite dans le livre sa petite phrase sur la libération d’Ingrid Bettencourt, mais on peut aussi penser à son récent voyage en Guadeloupe par exemple. Pour Ségolène Royal, chaque sujet d’actualité devient un moyen d’exister aux yeux des Français.

Vous l’aurez compris, j’ai particulièrement apprécié ce livre, et j’attends avec hâte une analyse similaire sur d’autres candidats à l’élection présidentielles, et pourquoi pas un prochaine opus sur la stratégie de marque de notre président?

1 Arbitrage final = Probabilité anticipée par l’électeur que son vote sera déterminant pour l’issu du scrutin multiplié par l’utilité escomptée moins le coût du vote plus la variable résiduelle et marginale.


Politique : qu’avez vous manqué pendant vos vacances?

2 mars 2009

Une semaine chargée s’achève : ni Fillon ni Sarkozy ne se sont encore rendus en Guadeloupe, aucun visiteur du salon de l’agriculture n’a dû se casser parce qu’il était un pauv’ con ; pourtant, si vous avez passé la semaine sous un rocher ou ailleurs vous avez surement manqué quelques informations. Petit aperçu.

Du côté de l’opposition

Sans parler du nouveau parti de la France crée par Carl Lang, l’opposition a été assez active cette semaine. Le parti socialiste a occupé les médias pendant leurs congés, Martine Aubry est allée jusqu’à parler d’un « grand jour pour le P.S. ». Mais de qui pouvait-elle bien parler? De la nouvelle couleur de cheveux de François Hollande? Surement pas. Du voyage de Ségolène Royal en Guadeloupe alors que le chef de l’Etat n’est pas même passé sur le stand de ce DOM au salon de l’agriculture? Je ne crois pas non plus. Du fait que l’un d’entre eux ait trouvé un poste, Jack Lang s’étant vu confier par le président une mission pour la reprise de la coopération entre la France et Cuba? C’est peu crédible. D’autant plus que généralement les transfuges de la gauche vers le gouvernement obtenaient des postes un peu plus intéressants que ce lui de « petit télégraphistes de Sarkozy » comme le disait si bien Stéphane Guillon ce matin sur France Inter : « il a viré sa cuti pour un colissimo » c’est un peu triste de voir « l’immense ministre de la culture de Mitterrand devenir facteur chez Sarko ». Ce n’est donc pas encore cela le grand jour du P.S.. J’ai trouvé ! Il s’agit de l’unification du P.S.. Le principal parti de l’opposition a enfin affirmé haut et fort son unité. Onze membres proches de Ségolène Royal ont fait leur entrée à la direction du P.S., il aura fallu plusieurs mois pour que ce parti se rende compte que sa direction ne représentait qu’un adhérent sur deux. Voilà ce qui a été un grand jour pour le P.S.. Le problème d’un grand jour, c’est qu’il ne dure que 24 heures. Immédiatement, il a fallu que les divisions resurgissent. Non pas que Martine Aubry soit en colère parce que Ségolène Royal fait la une de Match, non, il se trouve que la nomination des têtes de listes régionales pour les européennes n’a pas plu à tout le monde. Il faut dire que c’est un beau casse tête. Tout d’abord, il a fallu panacher entre les femmes et les hommes, ce n’est encore pas très naturel au P.S.. Ensuite, il a fallu introduire une goute de « diversité » puisque c’est nécessaire, que c’est à la mode et qu’une fois encore ça n’a rien de très naturel. Mais le plus dur c’est qu’il faut réussir à représenter chaque courant du P.S. Dans chacune des régions, afin de ne privilégier personne, de ne froisser personne. Raté ! Voilà que l’unité du P.S. est déjà mise à mal, Vincent Peillon apprenant sa nomination à la tête de la liste de la région Sud-Est- lui qui voulait le Nord-Ouest – a parlé de « crève-cœur ». Le parti a déjà du mal à s’y retrouver entre sa tête de liste et sa tête de gondole, l’unité ne survivra pas si, en plus, il se paie des fortes têtes…

Mais du côté de la majorité rien ne va non plus.

Le procès des époux Tibéri a marqué la fin d’une époque. Eux qui n’étaient pas arrivés au pouvoir par hasard se retrouvent bien seuls sur le banc des accusés. La majorité ayant d’autres soucis que de s’occuper des chiraquiens à la dérive. Bien sûr, il y a déjà la Guadeloupe et Yves Jégo qui comme le dit Anne Roumanoff n’est décidément pas le plus « Fort-de-France ». Sarkozy aurait aimé tout régler en un jour, mais rien n’y fait. Les médias pourtant essaient de l’aider, ils continuent de préférer parler des conséquences de cette grève plutôt que de ses causes. On montre des blocages, des pénuries, et autres décisions « lourdes de conséquences » et on insiste sur le refus de compromis du LKP. Rien n’y fait. Sarkozy perd encore six points de côte de popularité. Tous ses adversaires se rendent en Guadeloupe, mais lui n’a toujours pas eu le temps d’y aller.

Il faut dire qu’il a eu du boulot ces derniers temps. Et puis, il n’est pas avare, on ne lui a rien demandé et pourtant il a réussi à trouver le temps de nommer le nouveau patron de la fusion caisse d’épargne – banque populaire. Du coup, l’opposition critique ses tendances autoritaires et sa visible volonté de se débarrasser de tout ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à un contre-pouvoir. En plus, il a affirmé avoir le soutien de la commission d’éthique au lieu de quoi il n’avait eu qu’une lettre à titre personnel du président de ladite commission soulignant qu’il parlait en son nom. Pas sûr dès lors que la majorité ait assez de force pour faire passer ce qui s’annonce comme un des grands chantiers du mandat de Nicolas Sarkozy, la réforme du « millefeuille administratif ». La commission Balladur n’a pas manqué de soulever des indignations en annonçant la suppression des cantons, la création des métropoles et surtout le regroupements de certaines régions pour passer de 22 à 15 régions administratives. Ce que l’on annonçait comme étant un big bang territorial va encore devoir affronter de nombreuses tempêtes avant de passer de projet à réalité…


Politique : qui sont les stars de nos journaux?

11 février 2009

Après avoir découvert une énième couverture sur Rachida Dati cette semaine dans mon kiosque à journaux, j’ai décidé de regarder à quelles personnalités politiques la presse s’intéresse le plus depuis les élections. Pour ce faire, j’ai regardé combien d’articles évoquaient les seize personnalités que j’avais choisies dans la presse nationale1. Un moyen un peu plus simple que de mesurer le temps de parole de chacun et qui permet déjà de dégager de sérieuses tendances.

4presidentiables

Le premier constat est sans appel, la presse n’en a que pour Nicolas Sarkozy. Ce n’est pas une surprise mais les chiffres sont sans appel. Depuis l’élection présidentielle, sur trente cinq mille articles évoquant l’un des présidentiables (Bayrou, Le Pen, Royal, Sarkozy) plus de 75% des articles font référence à Nicolas Sarkozy. S’il est assez logique que le président de la République fasse parler de lui, on ne peut qu’être surpris de remarquer qu’environ un article politique sur deux évoque Nicolas Sarkozy, un sur deux! On peut tout de même remarquer que depuis un an, sa présence dans les colonnes de presse s’est (un peu) raréfiée. L’écart le plus faible entre lui et Ségolène Royal a été atteint pendant la primaire socialiste en novembre 2008. Toutefois, le président de la République est tout de même évoqué deux fois plus souvent que sa rivale socialiste sur cette période !

4presidentiables-camembert

Avant de revenir sur les leaders de l’opposition notons que Jean-Marie Le Pen n’a plus vraiment la cote. Après avoir été omniprésent dans les médias en 2002, il désintéresse de plus en plus. Sur les huit titres de la presse écrite que j’aibenlepen2 sélectionnés le leader du front national est évoqué en moyenne 30 fois par mois soit environ cinq fois moins que François Bayrou par exemple et même moins qu’Olivier Besancenot (50 articles / mois). Ceci explique ses dernières tentatives de dérapages contrôlés. Cette semaine il annonçait que le maire de Marseille devrait bientôt s’appeler Ben Gaudin si la population d’origine maghrébine continuait à croître. Sans commenter cette sortie raciste, cette phrase me rappelle une des premières unes de l’Echos des Savannes que l’on voit ici.

opposition

Pour en revenir à notre sujet, le plus inquiétant dans mes résultats c’est que lorsque l’on compare les articles évoquant les principaux leaders de l’opposition (Martine Aubry, François Bayrou, Olivier Besancenot, François Hollande et Ségolène Royal) et ceux consacrés à Nicolas Sarkozy, on se rend compte que ce dernier est évoqué dans deux fois plus d’articles que tous les autres réunis. Jusqu’à l’élection de Martine Aubry à la tête du P.S., la figure de l’opposition était indiscutablement Ségolène Royal. Le seul mois où il y avait plus d’articles au sujet de François Bayrou que de la présidente de la région Poitou-Charentes c’étaien mars passé lors des élections municipales de 2008… Rappelons que l’élection à Pau avait été sur-médiatisée car l’enjeu était évidemment de faire barrage au leader centriste. Un autre point est intéressant à noter dans ce graphique. Si Ségolène Royal a perdu les élections internes du parti socialiste, elle n’en est pas moins présente dans la presse. Martine Aubry arrive à peine à la dépasser ces derniers mois. A propos de cette dernière, on peut remarquer qu’il y a un an, la presse ne l’évoquait à peine. Elle ne s’est imposée comme dirigeante possible que très tardivement ce qui risque d’être un handicap supplémentaire pour son mandat à la tête du parti qui incarne comme le montre ce graphique la principale opposition au gouvernement.

majorite

Pour finir j’avais prévu de faire un graphique sur tous les membres du gouvernement pour essayer de voir ceux qui intéressent au premier plan les journaux français. Le graphique présentant un trop grand nombre de courbes devient totalement illisible une fois présenté sur ce blog. Je me contenterai donc de vous présenter ce camembert sans appel. Rachida Dati qui rafle de loin le plus grand nombre de unes, est aussi la ministre la plus fréquemment évoquée par les journaux français. Elle est suivie de près par Xavier Bertrand et Bernard Kouchner dont on parle beaucoup en ce moment. L’hyper-médiatisation du Grenelle de l’environnement permet à Jean-Louis Borloo de prendre une bonne place dans ce classement quand des personnalités qui font beaucoup de bruit -comme Fadela Amara- intéressent finalement assez peu les médias. Rama Yade n’est pas présentée ici, mais elle occupe aussi beaucoup les pages des magazines qui ont abondamment évoqué les ministres d’ouverture et ceux représentant la « diversité » dans ce gouvernement. A titre d’exemple, j’ai indiqué dans ce camembert Dominique de Villepin qui, en moyenne, est évoqué 70 fois par mois soit près de 20 fois moins que Nicolas Sarkozy ! Dur de se mettre sur les rangs pour 2012 dans ce cadre là!

1J’ai selectionné : l’humanité, libération, le monde, la croix, le figaro, le nouvel observateur, le point et l’express